La Chine hésite à assouplir sa politique de censure

La province de Hainan pourrait bientôt devenir un hotspot touristique international. La Chine est connue pour la politique restrictive qu’elle applique envers les plateformes sociales étrangères comme Facebook, YouTube et Twitter durant de nombreuses années.

Toutefois, l’Empire du Milieu a récemment songé à assouplir ses règles.

Cette censure des réseaux sociaux affecte plusieurs provinces chinoises. Par contre, la province de Hainan pourrait bientôt attirer tous les regards et plus particulièrement ceux des touristes. Selon Reuters, la province touristique envisagerait de débloquer une partie des filtres intégrés au fameux Great Firewall pour attirer davantage de touristes étrangers.

Cette année, la Chine a déjà révélé son intention de transformer Hainan en une zone de libre-échange qui servirait de base à un centre touristique d’ampleur mondiale.

Un projet économique de grande envergure

Ce projet de transformation de Hainan en une zone d’attraction touristique fait partie d’un projet plus large qui a pour objectif de faire augmenter le nombre de touristes à plus de deux millions par an d’ici l’année 2020. L’objectif est également d’encourager les entreprises étrangères à investir dans des zones régionales.

Ces attractions permettent notamment aux touristes d’utiliser leurs cartes de crédits étrangères. Pour ce faire, le gouvernement provincial de Chine se montre plus tolérant concernant l’accessibilité des réseaux sociaux.

La province de Hainan autorise en effet l’accès à YouTube, Facebook et Twitter.

Un accès internet encore problématique

Le seul point d’ombre est la province de Shanghai qui est une zone de libre-échange établie depuis 2013. Cette province censure toujours l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux, ce qui a un impact sur les activités de Hainan. Le projet ne précise pas si les utilisateurs de médias sociaux recevaient les mêmes sanctions en fonction de la province dans laquelle ils accèdent aux plateformes.

Ce problème a  provoqué bon nombre de critiques dont certaines qualifiaient cette situation de racisme inversé. Pour ne rien arranger à la situation, la promesse de la Chine d’assouplir sa politique d’accès aux réseaux sociaux a été récemment retirée du site internet du gouvernement, laissant planer un doute sur l’avenir des réseaux sociaux en Chine.

Pour le moment, la Chine n’a pas encore expliqué son retrait face à sa promesse d’assouplissement mais les différends commerciaux avec les USA y sont peut être pour quelque chose.