Clicky

La Chine va se lancer sur les traces des extra-terrestres avec Fast, son télescope géant

La Chine est en train de finaliser le montage de son nouveau télescope. FAST aura pour mission d’étudier l’espace et d’encourager la recherche mondiale d’une vie extraterrestre. Ce sont en tout cas les mots de Zheng Xiaonian et donc du responsable adjoint de l’Observatoire National d’Astronomie de l’Académie des Sciences. La chasse aux extra-terrestres est donc ouverte.

FAST n’est pas un télescope comme les autres. En réalité, c’est même tout le contraire car il est le plus grand de sa catégorie. Le plus grand, et aussi le plus sensible.

FAST

FAST est le plus grand télescope jamais construit par l’Homme.

La construction de l’appareil a commencé en 2011, dans une vallée située dans la partie sud du Guizhou, une des provinces les plus pauvres du pays.

La construction de FAST a commencé en 2011

Durant ces cinq dernières années, des milliers d’ouvriers se sont relayés sur place afin d’assembler la structure et les différentes composantes de l’appareil. Ils ont notamment assemblé 4 500 panneaux triangulaires, des panneaux composant son antenne.

A eux seuls, ils couvrent d’ailleurs une surface équivalente à celle d’une trentaine de terrains de football.

A terme, FAST sera environ trois fois plus sensible que le radiotélescope installé à Arecibo, sur la côte nord de l’île de Puerto-Rico. Il sera ainsi capable de capter des signaux envoyés depuis une distance de plus de 1 000 années-lumière !

Attention cependant car sa mise en fonction n’est pas prévue tout de suite et elle n’interviendra ainsi pas avant le mois de septembre. D’ici là, les instigateurs du projet vont mener différents tests sur place pour s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil.

FAST pourra compter sur le soutien d’un super-calculateur pour traiter ses données

Construire un télescope ultra-sensible est une chose, mais encore faut-il être en mesure de traiter et d’analyser les données captées par ses soins.

Les instigateurs du projet ont prévu le coup et les astronomes chinois pourront ainsi compter sur le soutien d’un super-calculateur du nom de Skyeye-1. Sa construction n’est pas encore fini mais il sera situé à proximité du site et il offrira à terme une puissance de calcul de 1 000 téraflops, avec un réseau capable d’atteindre un débit maximal de 100 gigabits par seconde.

Il faut d’ailleurs rappeler que la Chine dispose d’une certaine expertise en la matière.

Si le gouvernement chinois a validé ce projet, ce n’est pas pour rien. Xi Jinping, l’actuel secrétaire général du Parti communiste, souhaite en effet que la Chine devienne une puissance spatiale capable de rivaliser avec la Russie et les Etats-Unis.

Ce télescope s’inscrit tout à fait dans cette dynamique et il mérite amplement le budget de 1,2 milliard de yuans attribué par l’état.