La Chine vient de mettre en activité le plus grand radiotélescope du monde

La Chine s’intéresse beaucoup à ce qui se passe au-dessus de nos têtes. Elle compte même envoyer prochainement une sonde sur Mars afin de faire plusieurs relevés sur place et elle pense également ouvrir une base lunaire dans un avenir plus ou moins proche. En parallèle, le gouvernement chinois a aussi amorcé en 1991 la construction d’un gigantesque radiotélescope dans la province du Guizhu.

FAST, c’est son nom, aura coûté un peu plus de 1,2 milliard de yuans, et donc près de 165 millions d’euros. Une somme colossale, qui s’explique essentiellement par le fait qu’il est équipé d’une ouverture sphérique dotée d’un diamètre de 500 mètres.

FAST Chine

FAST a été mis en fonction dimanche dernier.

Une ouverture couvrant ainsi une surface équivalente à une trentaine de terrains de football.

FAST a coûté plus de 1,2 milliards de yens au gouvernement chinois

Ce détail est évidemment loin d’être anodin, car Five-hundred-metre Aperture Spherical Radio Telescope est actuellement le plus grand radiotélescope de la planète. Du moins pour ceux qui sont constitués d’un seul appareil, car le russe RATAN-600 s’étend sur une plus grande surface grâce à ses innombrables antennes radio.

Il dépasse ainsi d’une bonne tête le radiotélescope qui est installé à Arecibo, sur la côte nord de l’île de Porto Roco, un radiotélescope dont l’ouverture sphérique atteint les 305 mètres de diamètre.

FAST est donc immense, et il a nécessité pas moins de cinq années de travaux. Durant tout ce temps, des milliers d’ouvriers chinois se sont relayés sur place pour travailler sur les installations du radiotélescope et pour assembler les 4 500 panneaux triangulaires composant sa gigantesque antenne.

Parfois, la taille compte et c’est précisément le cas ici puisque FAST sera trois fois plus sensible que le radiotélescope installé à Arecibo et il pourra capter des signaux envoyés depuis une distance de plus de 1.000 années-lumière.

Pour traiter et analyser ces données, les astronomes pourront s’appuyer sur la puissance de calcul de Skyeye-1, un super-calculateur offrant une puissance de calcul de 1.000 téraflops.

Un radiotélescope ultra sensible pour explorer les galaxies autour de la nôtre

Mais à quoi va-t-il bien pouvoir servir. Wu Xianping, le directeur général de l’agence spatiale chinoise, pense que FAST devrait nous aider à rechercher de la vie intelligence en dehors de notre galaxie.

En attendant, l’installation de ce radiotélescope a entraîné des dommages collatéraux.

Le gouvernement a en effet dû expulser plusieurs milliers de personnes dans un rayon de cinq kilomètres autour de ses installations afin d’éviter les nuisances électromagnétiques. Ces personnes ont évidemment toutes été dédommagées et elles ont ainsi perçu pas moins de 12.000 yuans, ce qui donne quelque chose comme… 1.650 €.

Ces sacrifices ont cependant fini par payer. La Chine a effectivement mis en activité son radiotélescope dimanche dernier et l’agence spatiale a mené un premier test sur un pulsar se trouvait à environ 1.351 années-lumière de chez nous. Maintenant, tout ce qui lui manque, c’est du personnel.

Pour fonctionner à pleine capacité, FAST aurait besoin de plusieurs dizaines ou même de plusieurs centaines d’astronomes. À l’heure actuelle et selon Caixin, l’équipe constituée par le gouvernement chinois serait composée d’une cinquantaine de personnes.

Mots-clés astronomieespace