La Chine a réussi à cultiver du coton sur la Lune

Selon les informations divulguées par le quotidien chinois People’s Daily via son compte Twitter et relayées par Engadget, la Chine est le premier pays à avoir réussi à faire pousser quelque chose  sur la Lune, bien que la jeune pousse n’ait survécu qu’une semaine.

En effet, l’une des tâches confiées à la mission Chang’e 4 a été de voir s’il est possible de faire pousser des plantes sur la Lune.

Crédits CNSA

Si l’expérience est probante, un des problèmes majeurs de l’exploration spatiale trouverait un début de solution : la question de l’alimentation des équipes d’astronautes.

La graine chanceuse qui a eu la capacité de germer et de pousser est une graine de coton, amenée sur notre satellite dans un conteneur hermétique en aluminium rempli de terre, une mini-biosphère. La graine faisait partie d’un lot de différentes graines de végétaux (colza, coton, pomme de terre), des œufs de drosophiles et des levures (microorganismes).

La jeune pousse aura survécu une semaine

La date du 15 janvier restera dans les annales : c’est la première fois qu’une expérience de ce genre est menée et réussit, autre part que sur Terre et qui plus est, dans un environnement assez hostile.

C’est une photographie partagée par le CNSA, l’agence spatiale chinoise qui a montré le développement effectif d’une des graines de coton emmenées par la sonde Chang’e sur la Lune.

Malheureusement, seulement une journée après cette première annonce, le CNSA annonce également que la pousse est morte suite aux conditions qui règnent sur les lieux.

Des conditions pas vraiment favorables

Contrairement à ce qu’on a sur la Terre, les écarts de température sont très importants sur la Lune. C’est principalement dû à l’absence d’une atmosphère : les différentes couches atmosphériques empêchent la déperdition de la chaleur grâce à l’effet de serre, tandis qu’en journée, les rayons solaires sont filtrés.

Sur la Lune par contre, durant le jour lunaire, le thermomètre peut grimper jusqu’à 127°C, tandis que durant la nuit lunaire, la température atteint -170°C, sachant que chaque phase dure 14 jours. C’est ce froid glacial qui va condamner les sujets biologiques envoyés sur notre satellite : selon le CNSA, les organismes vont progressivement se décomposer dans leur conteneur hermétique et n’affecteront en aucun cas l’environnement sur la Lune.

Mots-clés chang'echinelune