La construction du plus gros avion de toute l’histoire pourrait de nouveau reprendre, après 30 ans en stand by

Il y a trente ans, des ingénieurs de l’Union soviétique avaient entamé la construction d’un avion gigantesque baptisé « An-255 ». Les travaux de construction ont débuté en 1989, mais ont dû être abandonnés en 1994 après l’effondrement du régime soviétique, malgré le fait que l’avion avait été achevé à 70 %.

Depuis, le mastodonte des airs a pris la poussière dans un hangar en Ukraine.

avion

Crédit photo PIXABAY

Les travaux pourraient cependant reprendre ! Après des années de fructueuses recherches, Antonov, la compagnie aéronautique responsable de l’An-255, pense en effet pouvoir enfin réunir les fonds nécessaires pour reprendre là où lui et ses collègues s’étaient arrêtés trente ans plus tôt.

À noter qu’au vu des travaux qui restent encore à faire, il lui faudra récolter dans les 300 millions d’euros.

Une fois achevé, le An-255 deviendra le « nouveau plus gros avion » opérationnel jamais construit. Il fera ainsi de l’ombre à l’An-225 Mriya, du même constructeur, qui détient actuellement ce titre.

Un avion aux capacités énormes

Actuellement l’Antonov-255 Mriya est l’avion le plus lourd et le plus imposant de toute l’histoire. Cet engin possède une capacité impressionnante de 250 tonnes en produits de fret. De par son envergure, il est susceptible de pouvoir transporter à la fois un vaisseau spatial et dix chars soit l’équivalent de trente voitures. À cela s’ajoute un équipage standard d’une vingtaine de personnes.

Du temps des Soviétiques, l’An-255 avait été conçu pour repousser encore plus loin les limites, et notamment pour soutenir le programme spatial. Le fuselage de l’appareil aérien mesure en effet près de 84 mètres pour une envergure de 88,4 mètres.

Pour ce qui est de ses capacités de l’An-255, elles se rapprochent du Mriya, avec la possibilité de transporter plusieurs centaines de tonnes de produits, notamment une navette spatiale, des dizaines de chars ainsi que plusieurs dizaines de personnes.

Encore en attente de financement

Si Antonov est confiant quant à un possible financement des travaux de construction de l’An-255, le projet est encore en attente de financement pour l’instant. La compagnie a en effet déposé une demande de financement auprès de la Chine pour lui permettre d’achever la construction de l’avion.

Si le pays avait d’abord apporté son soutien afin de finir les travaux pour 2019, un accord n’a finalement pas été conclu entre les deux partis. Antonov pense malgré tout pouvoir achever son œuvre très prochainement.

Les capacités de l’An-255 offrent en effet de nombreux avantages pour le transport de produits de fret.

Un point qui ne manquera pas d’intéresser les entreprises œuvrant dans le secteur. Elles pourraient en effet en tirer des bénéfices potentiels surtout en limitant le nombre de voyages à effectuer. En attendant, l’An-255 devra ainsi patienter encore un peu avant de pouvoir sillonner enfin les airs.

Mots-clés Aéronautique