Clicky

La France part en guerre contre les photos retouchées

La France aurait-elle une dent contre les photos retouchées ? Il faut croire que c’est le cas puisque les députés français viennent d’adopter une nouvelle loi visant à lutter contre la maigreur excessive de certains mannequins. Oui et le texte fait clairement allusion aux photos retouchées numériquement. Désormais, elles devront porter une mention particulière.

La loi a été votée un peu plus tôt dans la semaine et elle regroupe plusieurs articles très spécifiques, des articles en lien avec l’activité des mannequins.

Loi photos retouchées

Les députés français viennent de voter une loi qui concerne tous les photographes évoluant dans les métiers de la mode.

Elle vise avant tout à protéger les modèles et à éviter certains abus propres à leur profession.

Le texte vise à protéger les mannequins, mais également les personnes les plus fragiles

Le texte stipule notamment que l’activité de mannequin est conditionnée à la délivrance d’un certificat médical. Il faudra donc que l’état de santé du modèle soit compatible avec l’exercice de son métier.

Les députés n’ont d’ailleurs pas fait les choses à moitié. Les personnes ne respectant pas cette condition s’exposent effectivement à de lourdes peines pouvant atteindre six mois d’emprisonnement et 75 000 € d’amende. Le ton est donné.

Mais il y a aussi un autre article qui mérite votre attention. Le texte de loi stipule que les photographies retouchées mettant en scène des mannequins devront être accompagnées d’une mention spécifique.

Que les photographes se rassurent car toutes les retouches ne sont pas logées à la même enseigne. Si vous vous contentez d’ajuster les couleurs, le contraste ou même l’exposition de vos clichés, alors vous n’aurez pas besoin d’ajouter cette mention.

En réalité, elle vise uniquement les retouches destinées à affiner ou à épaissir la silhouette d’un individu, quel qu’il soit. Ce sont donc les photographes de mode qui sont les plus visés, mais également tous les maquettistes qui travaillent pour des revues spécialisées.

Ces mesures peuvent sembler contraignantes mais elles visent avant tout à protéger les modèles et les adolescentes. D’après les derniers chiffres en date, environ 40 000 personnes souffriraient actuellement d’anorexie mentale en France, dont 90% d’adolescentes.

Cette maladie provoque de nombreux décès chaque année et c’est précisément ce qui a poussé les députés à voter ce texte.