La Justice américaine interdit aux forces de l’ordre de déverrouiller l’iPhone d’un suspect via Face ID ou Touch ID

Les forces de l’ordre n’apprécient pas toujours Apple. Il faut dire que la firme américaine refuse de partager les données privées de ses utilisateurs ou d’installer une porte dérobée sur les iPhone. Résultat ? La police avait opté un temps pour le boitier GrayKey, d’une valeur pouvant atteindre 30000 dollars, capable de forcer la sécurité d’un téléphone Apple avec une méthode de force brute – sans bloquer ce dernier en cas d’échecs successifs.

Depuis, les forces de l’ordre n’hésitaient pas à utiliser Face ID, reconnaissance faciale 3D, ou Touch ID, déverrouillage via l’empreinte digitale, pour accéder à l’iPhone d’un suspect.

Test de l'iPhone Xs : image 5

Mais d’après un tribunal de Californie, cette pratique est désormais interdite aux USA. Même à l’aide d’un mandat.

C’est Forbes qui révèle cette information qui va dans le sens dans la protection des données de ses utilisateurs voulue par Apple.

Une opération impossible aux USA, les suspects étant protégés par le quatrième et cinquième amendement

C’est à travers le quatrième et cinquième amendement que la juge Kandis Westmore, d’un tribunal situé en Californie, a interdit l’accès à l’iPhone d’un suspect via Face ID ou Touch ID. Jusqu’à maintenant, certains membres des forces de l’ordre n’hésitaient pas à utiliser l’empreinte ou le visage d’une personne pour déverrouiller son téléphone. Mais la juge va plus loin en expliquant que même un mandat interdit une telle pratique.

Les forces de l’ordre sont d’autant plus bloquées que demander le code de l’iPhone d’un suspect est également interdit. Face ID et Touch ID étaient donc la meilleure solution pour y accéder – en plus du verrouillage avec force brute du boitier GrayKey, inutilisable depuis une mise à jour iOS.

Cette décision va dans le sens de la protection des données personnelles voulues par Apple. La firme joue énormément la carte de la sécurité renforcée, à contrario d’autres firmes n’hésitant pas à exploiter les informations privées de leurs utilisateurs.

Reste à savoir quels moyens utiliseront les forces de l’ordre aux USA pour accéder à un iPhone verrouillé.

Nul doute que ces dernières trouveront un moyen de contourner l’interdiction – tandis qu’Apple continuera d’œuvrer pour un total blocage des méthodes allant dans ce sens.