La licence Dishonored « mise au repos » par Arkane

Dishonored 3, ce ne sera pas pour tout de suite. Dans un entretien avec VG24/7, Ricardo Bare (Lead Designer chez Arkane), s’est brièvement exprimé sur l’avenir de la licence et sur ce qui pourrait constituer de nouvelles pistes de travail pour le studio lyonnais et son antenne texane.

Si la licence phare du studio a été « mise au repos« , on apprend parallèlement qu’Arkane bouillonne de nouvelles idées et serait en pleine réflexion sur sa propre philosophie créative. Jusqu’à présent, le studio se concentrait essentiellement sur des expériences solo (Dishonored, Arx Fatalis, Prey, Dark Messiah), mais la chose pourrait changer. Selon Ricardo Bare, un élan nouveau vers d’éventuelles composantes multijoueurs serait en cours. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas vraiment une grande première pour les équipes d’Arkan.

Après le semi-échec commercial de Dishonored 2, Arkane Studios laisse sa précieuse licence « au repos » et envisage l’inclusion de composantes multijoueurs dans ses futurs projets.

Oublié de tous – ou presque – The Crossing (un titre développé par le studio à l’horizon 2006, avant d’être abandonné), comportait en effet quelques accointances avec le domaine du multijoueurs, sans pour autant s’affranchir de l’identité propre à Arkane ou faire l’impasse sur une expérience à la première personne, accompagnée de pouvoirs spéciaux et de niveaux astucieusement conçus.

Dishonored sagement mis entre parenthèses au profit de futurs projets dotés de composantes multi

« Ce ne sera pas exactement comme The Crossing, mais ça en reprendrait surement certains éléments« , précisait d’ailleurs Ricardo Bare, en évoquant les futurs projets du studio. « Etre capable d’incorporer plus de partage en ligne, ou des composantes multi, oui, nous pourrions totalement faire ça » a-t-il conclu avant d’être amené à parler plus en détail de Dishonored.

A ce propos l’intéressé ajoutait : « Je ne peux pas prédire ce qui arrivera au bout du compte, tout peut arriver, mais pour le moment Dishonored se repose ». Et si, visiblement, Arkane n’a pas l’intention de répliquer ses immersive sims (ces titres immersifs dans lesquels l’exploration des niveaux est cruciale) « comme des copies carbone« , ce genre de productions reste central dans l’identité même du studio.

« Ce qui nous importe à nous, en tant que studio, c’est de créer des mondes cohérents, profonds et dotés d’environnements qui contribuent à la narration. Nous continuerons de concevoir des espaces que vous aurez l’impression de visiter, qu’il s’agisse de Dunwall ou de Talos 1 (les environnements respectifs de Dishonored et Prey, NDLR) ».

« C’est tout aussi important qu’un personnage, ou que les protagonistes que vous rencontrez. S’ajoute à cela le gameplay d’improvisation, en donnant au joueur tout un tas de pouvoirs et d’outils amusants, puis en lui disant ‘tu te débrouilles, sois créatif, l’expérience t’appartient’. Et puis, typiquement nous restons sur un titre à la première personne, même si ce n’est pas une règle absolue et que nous pourrions essayer d’autres choses de temps en temps« .

Pour rappel, en ce qui concerne Dishonored, la licence s’était vue bouclée d’un point de vue narratif avec l’arrivée (l’année dernière) de Dishonored : Death of the Outsider. Un spin-off d’une quinzaine d’heures lancé après Dishonored 2 qui, bien que fort d’un très large succès d’estime, n’avait pas su s’imposer dans les charts fin 2016.