Clicky

La loi de Moore sera bientôt morte et enterrée

La loi de Moore a bercé l’informatique depuis les années 90 mais le moment est visiblement venu d’écrire un nouveau chapitre de notre histoire. Si l’on en croit l’un des derniers articles publiés dans la revue Nature, alors la loi imaginée par Gordon Moore aurait du plomb dans l’aile. Curieusement, ce n’est pas une mauvaise chose.

Je ne sais pas si vous connaissez le bonhomme mais Gordon E. Moore a travaillé pendant plusieurs années comme ingénieur pour la Fairchild de Semiconductor avant de fonder sa propre société avec deux amis : Intel.

Fin loi de Moore

La loi de Moore est en train de vivre ses derniers instants et ce n’est pas forcément une mauvaise chose.

L’entreprise a produit sa première puce en 1971 et elle se présentait sous la firme d’une unité de calcul de 4 bits cadencée à 740 kHz. Elle se composait aussi de 2 300 transistors et c’était une véritable révolution à l’époque.

Gordon E. Moore est un des fondateurs d’Intel

Mais l’homme est surtout connu pour un article publié au milieu des années 60 dans le magazine Electronics.

En observant attentivement le marché des processeurs, il s’est rendu compte que la complexité des semi-conducteurs positionnés sur l’entrée de gamme doublait tous les ans depuis 1959.

Il a donc supposé que cette croissance continuerait sur les années à venir et cette hypothèse est devenue la toute première loi de Moore.

Cette loi a beaucoup évolué au fil des années. En 1975, Moore a ainsi ajusté ses prédictions en s’appuyant sur une autre variable, et plus précisément sur le nombre de transistors intégrés aux microprocesseurs. Il a alors supposé que le nombre de transistors allait doubler tous les deux ans dans les années à venir.

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’industrie des semi-conducteurs lui a donné raison.

Dans les années 90, les géants du secteur ont décidé de se regrouper et de publier tous les deux ans une feuille de route dédiée aux évolutions à venir, la fameuse International Technology Roadmap for Semiconductors, ou ITRS pour les intimes.

La loi de Moore ne sera bientôt plus d’actualité

Jusqu’à présent, cette feuille de route a collé aux prédictions de Gordon E. Moore mais tout va changer pour la prochaine édition du document. Les fabricants estiment effectivement qu’il sera bientôt impossible de poursuivre cette voie.

Si nos processeurs sont devenus aussi puissants, c’est parce que les constructeurs ont élaboré de nouvelles techniques de gravure.

A l’heure actuelle, les meilleures puces du marché sont effectivement gravées en 14 nm contre… 10 000 nm en 1971. Pour respecter la loi de Moore, il faudrait donc augmenter la finesse de gravure des puces et développer de nouvelles techniques extrêmement coûteuses.

Et même si les industriels parvenaient à leurs fins, alors ces puces risqueraient d’être hautement instables.

Le bon côté de la chose, c’est que les fabricants réfléchissent désormais à de nouvelles techniques et ils ont ainsi l’intention d’aller au delà du semi-conducteur traditionnel pour créer des systèmes différents.

En d’autres termes, ils vont devoir repenser leur métier et leurs produits tout en cherchant de nouvelles manières d’innover. Et ça, finalement, c’est plutôt positif.

Crédits Photo

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.