La Lune abritera peut-être un village humain en 2040

D’après certains scientifiques, des enfants pourront naître sur la lune « dans quelques décennies », et des familles entières rejoindront la première colonie lunaire d’ici 2050.

Selon le professeur Bernard Foing, expert du programme « Moon Village » de l’Agence spatiale européenne (ESA), il pourrait y avoir d’ici 2030 une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers (dont des scientifiques, des techniciens et des ingénieurs).

JAXA Lune

Et ce nombre pourrait grimper à 100 habitants en 2040. « En 2050, on pourrait avoir 1000 habitants sur la lune, et alors… il pourrait naturellement y avoir des familles » rejoignant les équipes là-bas, déclare Foing.

1000 habitants, des familles et des naissances sur la lune à l’horizon 2050…

Dans quelques décennies, « on pourrait avoir des enfants nés sur la lune », ajoute-t-il.

Déjà en 2015, le patron de l’ESA, Jan Woerner, suggérait de remplacer la station spatiale internationale (ISS) en orbite par une colonie lunaire permanente. L’ISS doit être désaffecté en 2024, et le professeur Woerner a proposé un village sur la lune comme phase suivante dans les projets spatiaux internationaux communs.

Mais si les scientifiques et les prospecteurs commerciaux ont exprimé leur intérêt pour ce projet, l’idée doit encore être approuvée par les politiques.

Des scientifiques déjà favorables à l’idée d’un village humain sur la lune

Le physicien Dr Vidvuds Beldavs de l’Université de Lettonie, qui dirige un projet baptisé « International Lunar Decade » (Décennie lunaire internationale), préconise quant à lui une exploration conjointe de la lune.

Pour lui, la clé pour susciter un intérêt politique est « de démontrer que l’activité industrielle sur la lune est réalisable, que… de grands marchés peuvent y émerger ».

Des ressources qui rendent envisageable la vie sur la lune

Les ressources potentielles de la lune comprennent le basalte, une roche volcanique qui, selon le Dr Beldavs, pourrait être utilisée comme matière première pour imprimer des satellites en 3D. Ceux-ci pourraient être déployés depuis la lune à un coût nettement moindre par rapport à un lancement depuis la terre où la gravité est plus forte, dit-il.

La lune abrite également de l’hélium-3, un isotope rare sur notre planète, qui pourrait théoriquement être utilisé pour générer une énergie nucléaire plus propre et plus sûre pour la Terre. L’un des défis majeurs pour pouvoir coloniser la lune est le ravitaillement en eau. Or il y a de l’eau stockée sous forme de glace dans les pôles de la lune. L’eau peut être séparée en hydrogène et en oxygène, deux gaz qui explosent lorsqu’ils sont mélangés – fournissant un combustible de fusée.

Tout porte donc à croire que la vie sur la lune pourrait très prochainement passer du rêve à la réalité !

Mots-clés espaceinsolitelune