La messagerie Telegram aurait été attaquée par des pirates chinois

Telegram s’est fait une jolie place dans le cœur de ceux qui veulent protéger leur vie privée au maximum en ligne. Le service de messagerie se veut crypté de bout en bout, permettant de  garder les échanges secrets. L’application s’est de nombreuses fois positionné comme le contraire de Facebook – et ses plates-formes comme Messenger et WhatsApp – qui ne respectent pas la vie privée des utilisateurs. Autant dire que du côté de la Chine, où la censure est très forte, Telegram fait office de grand allié pour s’exprimer librement. Et selon le co-fondateur de l’application, le gouvernement de l’Empire du Milieu aurait attaqué cette dernière.

C’est ce que Pavel Dourov a expliqué lui-même sur son compte Twitter.

Telegram

Cette attaque du gouvernement Chinois contre Telegram viserait à réduire la portée des récentes manifestations.

Les manifestations en Chine responsable d’une attaque DDoS contre Telegram

C’est en tout cas ce que Pavel Gourov, l’un des fondateurs de Telegram, explique sur son Twitter. Selon l’homme, l’application aurait été victime d’une attaque DDoS – entendre par là des connexions simultanées pour faire planter les serveurs de l’application. Résultat ? Les utilisateurs ne peuvent plus utiliser Telegram pour communiquer.

Pavel Gourov explique qu’un grand nombre d’adresses IP à l’origine de l’attaque contre Telegram étaient situées en Chine. La principale motivation serait d’empêcher les citoyens de parler dans un espace protégé et se rassembler pour les manifestations importantes ayant lieu actuellement contre le gouvernement. À noter que cette attaque en ligne avait déjà eu lieu précédemment, précisément lors de manifestations à Hong-kong.

Du côté du NY Times, on explique que le gouvernement chinois réfute toute attaque et se dit contre ces « cyberattaques« . Ce dernier explique également être lui-même victime de manœuvres en ligne malveillantes.

Reste à savoir où se trouve la vérité dans ce conflit en ligne. Ces dernières années, les attaques en ligne se sont multipliées et il reste difficile de savoir la réelle implication des certains gouvernements. Seulement voilà : la Chine est connu pour son manque de transparence et sa politique extrêmement restrictive, policière. Les accusations de Pavel Gourov à son encontre pourrait être totalement véridiques – seul l’avenir nous le dira… ou non.

Mots-clés chineddostelegram