La Momie aux Adidas a finalement révélé ses secrets

La Momie aux Adidas aura fait couler beaucoup d’encre durant ces dernières années, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Preuve en est, après une étude de longue haleine, des chercheurs ont finalement réussi à percer le mystère entourant son étrange accoutrement. Et non, notre amie n’a finalement rien d’une voyageuse dans le temps.

Cette fameuse momie n’a pas été découverte en Égypte, mais en Mongolie. En effectuant des fouilles dans les montagnes de l’Altaï au sud de la Sibérie, des archéologues sont tombés sur la dépouille d’une femme.

Momie Adidas

La découverte les a beaucoup surpris, d’autant que la région où le corps a été découvert n’est pas des plus hospitalières. Le massif culmine en effet à un peu plus de 4 500 mètres d’altitude pour ses plus hauts sommets.

La Momie aux Adidas, une momie pas comme les autres

Ils ont donc pris plusieurs photos de l’endroit où a été retrouvée la momie et ces dernières ont bien évidemment été reprises un peu plus tard par de nombreux médias locaux… avant de se retrouver sur Internet.

Là, très vite, la dépouille de cette pauvre femme a commencé à faire le buzz, en raison de son étrange accoutrement.

La momie portait en effet des bottes dont les motifs se rapprochaient beaucoup du logo d’une marque très connue : Adidas. Étonnant, d’autant que la datation du corps a révélé que la dépouille était âgée de 1 500 ans.

Comme souvent, la toile s’est enflammée et de nombreuses théories très fantaisistes ont commencé à apparaître sur la toile. Des théories impliquant notamment des voyages dans le temps.

Bien sûr, de leur côté, les chercheurs ont entrepris d’étudier dans le détail la dépouille de cette femme afin de retracer son histoire. En menant des analyses poussées sur plusieurs échantillons récoltés avec le plus grand soin, les chercheurs ont réalisé que la momie n’était pas aussi ancienne que prévu. En réalité, elle ne remonterait pas au VIe siècle, mais au Xe siècle.

La femme aurait été une couturière

Ils ont aussi découvert que ces restes étaient bien ceux d’une femme, une femme âgée d’une trentaine d’années au moment de sa mort. Bien qu’ils n’aient pas réussi à établir les circonstances exactes de son décès, les scanners ont tout de même révélé l’existence d’une importante blessure située au niveau de son crâne. Les chercheurs ne savent cependant pas si cette dernière résulte d’un accident ou d’un coup porté avec une arme.

Mais ce n’est pas tout. En inventoriant les accessoires trouvés à proximité de la dépouille, les chercheurs ont découvert de nombreuses pièces exceptionnelles et notamment un miroir, un peigne, un couteau, une selle aux étriers finement travaillés et… des outils de couture.

Ils pensent donc que la femme était peut-être une couturière et c’est finalement ce qui expliquerait l’étonnante apparence de ses bottes.

Les origines de la momie, en revanche, font débat. Les chercheurs pensent en effet qu’elle appartenait à une colonie turco-mongole, mais ils n’ont pas encore pu le prouver et ils envisagent donc de procéder à des analyses génétiques poussées afin de retracer l’histoire de cette étonnante femme.