La NASA a découvert une autre Terre

La NASA  a de nouveau frappé. Grâce à Kepler, l’agence spatiale américaine a effectivement déniché une nouvelle exoplanète ressemblant beaucoup à notre bonne vieille Terre. Intéressant, mais le meilleur reste à venir car cette dernière se trouve pile poil dans la zone d’habitabilité. Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement qu’elle réunit toutes les conditions nécessaires pour abriter la vie.

La zone d’habitabilité se situe autour d’une étoile et elle définit une région au sein de laquelle les planètes pourraient potentiellement disposer d’eau liquide à leur surface.

Kepler-452b

Kepler-452b pourrait-elle abriter la vie ? C’est difficile à dire mais elle est placée à la bonne distance de son étoile en tout cas.

Pour pouvoir abriter la vie, une planète ne doit effectivement pas se trouver trop proche ou trop loin de son étoile. Tout est une question de température.

Kepler-452b se trouve dans la zone d’habilité de son étoile

Kepler-452b, désignée aussi comme la Terre 2.0, est située à 1 400 années-lumière de notre système solaire et elle est environ une fois et demi plus grosse que notre propre planète. Toutefois, elle est en orbite autour d’une étoile similaire à notre Soleil et elle se trouve à une distance comparable à la nôtre.

Elle n’a ainsi besoin que de 385 jours pour en faire le tour et elle serait tout à fait en mesure d’accueillir de l’eau liquide à sa surface.

Cela n’a l’air de rien mais il s’agit d’une grande première. Si Kepler-452b n’est pas la première exoplanète détectée par le satellite, elle est la première située dans la zone d’habitabilité d’une étoile similaire à notre Soleil. Champagne !

Là, vous vous demandez sans doute comment un satellite peut détecter des exoplanètes à une telle distance, non ? En réalité, c’est assez simple, il se base sur leurs chutes de luminosité pour détecter le moment où elles passent devant leur étoile. Grâce à cette donnée, il peut déterminer sa période de révolution et calculer du coup la distance qui la sépare de son astre.

Il reste cependant une grande inconnue dans l’équation : la masse de la planète. Elle n’est pas facile à calculer mais elle est indispensable puisqu’elle nous permettra de connaître précisément l’état de la planète et sa nature.

Quoi qu’il en soit, il est encore trop tôt pour faire vos cartons et pour préparer votre déménagement. Kepler-452b n’est pas vraiment à la portée de nos fusées. Loin de là, même.

Si le sujet vous intéresse, alors sachez que le communiqué de presse de la NASA se trouve à cette adresse. Il donne pas mal d’infos sur la planète et sur ses particularités.

Via

Mots-clés astronomie