La NASA a développé une nouvelle technique de navigation spatiale

Le système se nomme SEXTANT (Station Explorer for X-ray Timing and Navigation Technology), d’après le nom d’un instrument de navigation nautique du 18e siècle (le sextant). C’est un nouveau type de navigation spatiale autonome inventé par la NASA.

Il permettra de guider des engins spatiaux (créés par l’homme) dans leurs voyages vers les confins du système solaire, et même plus loin, en utilisant des pulsars comme repères.

Espace

Des particules d’étoiles mortes utilisées comme GPS spatial

SEXTANT utilise la technologie des rayons X pour voir les pulsars millisecondes, et les utilise de la même manière qu’un GPS se sert des satellites pour la géolocalisation. Les pulsars sont des étoiles à neutrons tournant très rapidement sur elle-même, en produisant un signal périodique allant de l’ordre de la milliseconde à quelques dizaines de secondes. Ils naissent de l’effondrement et de l’explosion d’une étoile massive.

En tournant sur eux-mêmes, les pulsars émettent un rayonnement électromagnétique. Mais ce qui est surtout intéressant, c’est qu’ils sont aussi extraordinairement réguliers – dans le cas de certains pulsars millisecondes, qui peuvent tourner des centaines de fois par seconde, leur régularité peut rivaliser avec celle des horloges atomiques.

C’est ce qui a conduit à l’idée de créer SEXTANT. Parce que ces pulsars sont si réguliers, et parce qu’ils ont des positions fixes dans le cosmos, ils peuvent être utilisés de la même manière qu’un système GPS utilise les horloges atomiques. SEXTANT fonctionne comme un récepteur GPS recevant des signaux d’au moins trois satellites GPS, tous équipés d’horloges atomiques. Le récepteur mesure la distance avec chaque satellite et la convertit en coordonnées spatiales.

Un outil précieux pour de futurs voyages dans l’espace

Cela pourrait prendre quelques années avant que la technologie soit intégrée dans un système de navigation adapté aux vaisseaux spatiaux, mais le concept a déjà passé les premiers tests. Maintenant, l’équipe s’attèle à l’affiner. Ils doivent encore perfectionner l’aspect logiciel en vue de nouveaux tests dans la seconde moitié de 2018. Ils espèrent également réduire la taille, le poids et la consommation électrique du système.

SEXTANT pourra éventuellement être utilisé pour calculer l’emplacement des satellites planétaires loin de la portée des satellites GPS de la Terre, et aider aux missions spatiales avec des astronautes, comme la mission sur Mars planifiée par l’agence spatiale.

Mots-clés espaceNASA