Clicky

La NASA a présenté son plan anti-astéroïdes

La Terre n’est pas totalement à l’abri des dangers que représentent les huit mille géocroiseurs géants (de plus de 140 mètres) repérés jusqu’à ce jour. Notons qu’un géocroiseur est un objet dont l’orbite se rapproche occasionnellement de celle de la Terre. Une étude publiée en 2005 par le site Gizmodo avait aussi montré que leur nombre pourrait être sous-évalué. Par ailleurs, les petits géocroiseurs ne sont pas inoffensifs.

Le 21 juin dernier, le bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison-Blanche a présenté un nouveau programme de 23 pages dont le but est d’écarter les menaces des astéroïdes. Il est également question d’anticiper les conséquences d’une frappe sur le sol américain. Le projet, qui n’a pas encore de budget supplémentaire, s’inscrit dans les dix années à venir.

Astéroïde Terre

Le programme implique la collaboration de la NASA avec d’autres agences américaines comme la Fema (l’Agence fédérale des situations d’urgence).

Aucune menace pour ce siècle

« L’impact d’un astéroïde est un des scénarios possibles auxquels nous devons être préparés », a prévenu Leviticus Lewis, chef de la coordination à l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema),

« La NASA et ses partenaires ont identifié 95% des astéroïdes assez grands pour provoquer une catastrophe mondiale, et aucun ne représente une menace pour ce siècle », a noté Lindley Johnson, responsable de la défense planétaire à la NASA.

Il estime que le programme devrait « intensifier nos efforts pour démontrer la possibilité d’une déviation d’astéroïde et d’autres techniques d’atténuation ».

Des engins spatiaux robotisés

« Des procédures d’intervention d’urgence efficaces peuvent sauver des vies, et contrairement à la plupart des catastrophes naturelles, les impacts d’astéroïdes peuvent être évités », a avancé Aaron Miles, du bureau de la politique scientifique. Celles-ci n’impliqueraient pas des humains comme dans « Armageddon », le film de science-fiction avec Bruce Willis. Lindley Johnson l’a clairement précisé : « C’est réservé au cinéma. Ça fait un bon film, mais nous n’avons dans nos études aucune technique qui nécessiterait d’impliquer des astronautes. »

Les éventuelles missions de déviation d’astéroïdes par la NASA « seraient toutes réalisées par des engins spatiaux robotisés ».

Dans le cadre de DART (Double Asteroid Redirection Test), la NASA prévoit le lancement de son engin spatial anti-astéroïdes en 2022. L’objectif de la mission est de dévier la paire d’astéroïdes Didymos afin de mesurer le changement d’orbite obtenu après l’impact.

Mots-clés NASA