La NASA a pris en photo la comète 46P/Wirtanen

Cette année a déjà offert de superbes représentations astronomiques, mais ce n’est pas tout ! Elle se termine en beauté avec deux stupéfiantes images de la « comète 46P/Wirtanen » (surnommée la comète de Noël), capturées par la NASA.

Celle-ci s’est établie à quelques millions de kilomètres de notre planète. Elle est environ trente fois plus loin que la Lune. Actuellement, elle se trouve près de la constellation du Taureau, ce qui fait qu’elle est visible durant la nuit, si le ciel est dégagé.

46P/Wirtanen : photo 1

Crédits NASA

La première photo a été prise le 13 décembre, par le télescope spatial Hubble de la NASA. On peut même apercevoir le noyau de la comète caché dans son « coma ». Ce dernier est un nuage de gaz et de poussière dégagé par le corps céleste. Le deuxième cliché provient de « SOFIA », l’observatoire stratosphérique pour l’astronomie infrarouge de la NASA.

La comète est en orbite autour du soleil tous les cinq ans. Elle est ainsi plus rapide que la comète Halley. Lors de ses autres passages dans le système solaire, elle était toujours relativement éloignée de la Terre. Cette année, elle est particulièrement proche et visible à l’œil nu.

Comprendre l’histoire de l’eau et des océans dans le système solaire

Désormais, les télescopes de la NASA examinent de près la plus brillante comète de 2018. D’habitude, la partie interne d’une comète n’est pas visible depuis la Terre. Cependant, un survol rapproché a permis aux astronomes de faire une étude plus détaillée. La comète continuera à être visible dans les semaines à venir et il est préférable de l’observer à l’aide d’une paire de jumelles ou d’un télescope.

Les capacités uniques de Hubble ont été combinées avec celles de l’observatoire à rayons X Chandra de la NASA et l’observatoire Neil Gehrels Swift. Ensemble, ces instruments permettront d’étudier la composition des glaces de la comète, la manière dont le noyau libère les gaz et la modification des gaz dans le coma sous l’effet de la radiation solaire.

SOFIA, de son côté, étudie les différents types d’hydrogène dans l’eau de la comète à l’aide de la lumière infrarouge. Le résultat pourrait nous aider à mieux comprendre l’histoire de l’eau et des océans dans le système solaire. Nombre de scientifiques pensent, en effet, que les comètes et les astéroïdes pourraient être la source de l’eau de la Terre.

Deux outils ultra-performants

Le télescope spatial Hubble est un projet de coopération internationale entre la NASA et l’agence spatiale européenne. Il est contrôlé depuis le centre de vol spatial Goddard, à Maryland. Ses activités sont menées par l’Institut des sciences du télescope spatial de Baltimore et exploitées par l’Association des universités pour la recherche en astronomie, à Washington.

Par contre, SOFIA est un Boeing 747SP modifié par la NASA pour transporter un télescope de cent six pouces de diamètre.  Le programme est mené conjointement avec le centre aérospatial allemand DLR et géré par un centre de recherche situé dans la Silicon Valley en Californie.

L’avion est exploité et entretenu à partir du Hangar 703 du centre de recherche du vol Armstrong.

46P/Wirtanen : photo 2

Crédits NASA

Mots-clés astronomiecomète