Clicky

La NASA a très hâte d’exploiter l’eau de la Lune

Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, a récemment pris la parole afin de s’exprimer sur la récente découverte de poches de glace sur la Lune. L’homme s’est dit très enthousiaste à l’idée de pouvoir exploiter l’eau lunaire.

Cela fait maintenant plusieurs décennies que les scientifiques pensent que de l’eau se trouve sur notre satellite naturel.

JAXA Lune

Il a cependant fallu attendre le début de la semaine pour en avoir la confirmation, grâce à une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Hawaï et de l’Université Brown.

La Lune abrite de grandes poches de glace

En étudiant les relevés effectués par l’instrument Moon Mineralogy Mapper de l’orbiteur Chandrayaan-1 et en les comparant ensuite aux signatures spectrales de la lumière réfléchie sur les pôles lunaires, les scientifiques ont en effet été en mesure de confirmer l’existence de poches de glace sur la Lune.

Jim Bridenstine a tenu une allocution télévisée à Washington mardi afin de revenir sur cette découverte. Très loquace, l’homme aux commandes de l’agence a déclaré que la Lune abritait des « centaines de milliards de tonnes » de glace et il s’est dit particulièrement enthousiaste à l’idée de pouvoir exploiter cette réserve d’eau naturelle.

Si la NASA travaille sur plusieurs missions martiennes, elle a aussi la Lune dans sa ligne de mire. Donald Trump a en effet demandé aux responsables de l’agence de travailler sur plusieurs missions lunaires.

La Lune, futur spatioport de l’humanité ?

Or justement, grâce à ces poches de glace, la Lune pourrait devenir une formidable étape pour les missions spatiales habitées. L’eau peut en effet être utilisée pour produire de l’oxygène ou du carburant et ces poches de glace nous éviteraient d’avoir à transporter des réserves d’eau en dehors de l’atmosphère de notre planète.

Les États-Unis ne sont cependant pas les seuls à éprouver un vif intérêt pour notre satellite. La Chine et la Russie comptent elles aussi créer des colonies lunaires et il en va de même pour l’ESA.

La présence de ces poches de glace représenterait un formidable atout pour toutes ces missions, mais il est sans doute préférable de garder encore un peu les pieds sur Terre. Pour le moment, nous ignorons en effet l’étendue de ses poches et leur composition exacte. Il faudra donc mener des recherches approfondie pour faire toute la lumière sur leur nature et déterminer si ces dernières peuvent réellement représenter une utilité pour les futures missions spatiales habitées.

Mots-clés luneNASA

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.