La NASA a trouvé l’endroit où s’est écrasé Beresheet

Le 22 février 2019, la startup SpaceIL a lancé Beresheet, la première sonde israélienne, depuis la base américaine de Cap Canaveral, en Floride. Alors qu’elle était à deux doigts d’arriver à bon port, la sonde a raté son atterrissage et s’est écrasée sur la Lune, le 11 avril dernier.

En  cause ? Une panne de moteur qui s’est manifestée durant les derniers moments du vol.

Beresheet

Crédits NASA

Avec elle, les rêves de gloire de SpaceIL se sont envolés en fumée. Le 22 avril dernier, le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de la NASA a néanmoins retrouvé la piste de Beresheet. En survolant le site d’atterrissage de la sonde israélienne, le LRO a pu déterminer qu’elle s’était écrasée dans la mer de Sérénité.

Sur les images enregistrées par le satellite de la NASA, on peut observer une « tache sombre » d’à peu près 10 mètres de large.

Beresheet laisse son empreinte sur la Lune

Le LRO se trouvait à 90 km d’altitude de la zone où Beresheet s’est écrasé. De ce fait, le satellite n’a pas pu prendre des photos précises de l’empreinte laissée par la sonde israélienne au moment de sa chute.

En dépit de cela, on peut quand même deviner le passage de Beresheet comme l’a expliqué la NASA : « Les appareils photo ont enregistré une tache sombre, d’environ 10 mètres de large, qui indique le point d’impact. Les couleurs sombres suggèrent que la surface est devenue rugueuse après l’alunissage, qui est moins réflectif qu’une surface propre et lisse. »

Un atterrissage qui ne s’est pas fait en douceur

Même si les images fournies par le LRO n’ont pas permis de réaliser des observations approfondies de la zone d’impact, l’agence spatiale américaine a laissé entendre que l’atterrissage de Beresheet ne s’était pas fait en douceur étant donné que sa vitesse « était quand même supérieure à la vitesse de la plupart des balles. »

De plus, le moteur qui aurait dû ralentir son atterrissage est tombé en panne. Toutefois, la NASA a tenu à préciser qu’aucun cratère ne se serait formé à la suite de l’impact, car la sonde est assez légère et que l’angle de l’impact était faible.

Ne voulant pas rester sur cet échec, SpaceIL envisagerait déjà d’envoyer une nouvelle sonde, baptisée Beresheet 2.

Mots-clés beresheetlune