Clicky

La NASA et l’ESA vont tenter de dévier l’orbite d’un astéroïde géant

La Terre n’est pas la seule à flotter tranquillement dans l’espace. En réalité, il existe de nombreux objets qui se déplacent dans notre système solaire. Dans le lot, on trouve notamment des astéroïdes comme celui qui nous a frôlé au début de la semaine. Oui, et l’un d’entre eux représente même une véritable menace pour notre planète : Didymos.

D’après les données de la NASA, il existerait dans l’espace environ 4 700 astéroïdes d’un diamètre supérieur à 140 mètres évoluant à proximité de la Terre.

AIDA

La NASA et l’ESA travaillent sur une mission pour dévier un immense astéroïde de son orbite.

L’agence a évidemment mis en place un plan de surveillance de grande envergure pour s’assurer qu’ils ne rentrent pas en collision avec notre planète.

Didymos a été repéré dans les années 90

Didymos a été détecté pour la première fois le 11 avril 1996 grâce à Spacewatch, un programme piloté par l’université d’Arizona depuis le début des années 80 et qui vise à étudier toutes les planètes mineures ainsi que les comètes et les astéroïdes.

Contrairement aux autres astéroïdes qui sont passés dans le coin récemment, Didymos est extrêmement dangereux car il mesure environ 800 mètres de diamètre. Le pire reste à venir car il s’accompagne d’un satellite, Didymoon, doté d’un diamètre de 150 mètres.

Notre atmosphère nous protège contre la plupart des petits objets se déplaçant dans l’espace, certes, mais elle ne pourrait rien faire contre des astéroïdes de cette taille. Autrement dit, s’ils frappaient notre planète, alors les conséquences pourraient être désastreuses pour notre civilisation.

Il est cependant inutile de creuser un abri anti-atomique dans votre jardin, du moins pour l’instant, car la NASA et l’ESA ont travaillé de concert sur une mission visant à dévier l’orbite de l’astéroïde principal pour l’éloigner de notre planète.

Et non, les agences n’ont pas du tout l’intention de faire appel aux services de Bruce Willis et de ses petits camarades. Remarquez, si Liv Tyler n’a rien de prévu, elle peut parfaitement me passer un coup de fil et venir boire une petite bière à la maison.

Même chose pour Steve Buscemi d’ailleurs.

La mission AIDA se déroulera en deux phases

AIDA, c’est le nom de cette mission (qui n’a rien à voir avec le logiciel du même nom), s’appuie sur un impacteur et donc sur un engin spécialement conçu pour dévier les objets se déplaçant dans l’immensité de l’espace.

Elle se déroulera en deux phases. Pour commencer, l’ESA va lancer un orbiteur AIM et le placer en orbite autour de l’astéroïde. Il se chargera de récupérer toutes les données nécessaires pour la suite de la mission et il embarquera même un atterrisseur de la taille d’une boite à chaussure, dans le cas où l’agence aurait besoin de données approfondies sur la nature de l’objet.

La NASA prendra ensuite le relai avec l’impacteur DART, un engin pesant un peu plus de 300 kg. Il filera à travers l’espace à une vitesse de 22 500 km/h et il s’écrasera sur l’astéroïde pour modifier son orbite et l’éloigner de notre planète.

Pour le moment, la mission est encore en cours d’élaboration mais l’impact est planifié pour 2022.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.