La NASA met de nouveau en garde contre les astéroïdes

Dans Armageddon, Michael Bay prenait très au sérieux la menace que représentaient les astéroïdes pour la Terre. Alors qu’on pensait tous qu’il y avait peu de chances que cela ne se réalise, les récentes déclarations du chef de la NASA nous obligent à reconsidérer cette possibilité qui n’est pas des plus rassurantes.

À l’occasion de la conférence de la défense planétaire qui a eu lieu le lundi 29 avril 2019 à Washington DC, Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, a fait savoir que la possibilité qu’un astéroïde entre en collision avec la Terre n’est pas réservée aux blockbusters hollywoodiens.

Astéroïde

Crédits Pixabay

Durant son intervention, il a été très clair : « Ce n’est pas Hollywood, ce n’est pas un film. J’aimerais pouvoir vous dire que ces évènements sont exceptionnels. Ils ne sont pas rares, ils se produisent. »

Des mesures doivent être prises avant qu’il ne soit trop tard

Actuellement, l’agence spatiale américaine, la Federal Emergency Management Agency, le Bureau de Coordination de défense planétaire et l’Agence Spatiale Européenne se préparent à entamer un exercice de simulation au cas où un astéroïde risque d’entrer en collision avec notre chère planète.

De son côté, Jim Bridenstine a profité de cette conférence pour attirer l’attention des grands décideurs du monde sur l’importance de prendre des mesures afin de « protéger la seule planète que nous connaissons pour héberger la vie, c’est-à-dire la planète Terre. »

Un risque bien réel

Pour faire prendre conscience à l’audience du risque que nous courrons tous, Jim Bridenstine a pris l’exemple de l’événement de Tcheliabinsk qui a eu de graves répercussions. Ce météore avait déferlé sur la chaîne de montagnes du sud de l’Oural le 15 février 2013. L’onde de son explosion, dont l’impact est comparé à 20 bombes atomiques d’Hiroshima, avait blessé plus de 1 600 personnes.

Même si statistiquement, les risques qu’un astéroïde percute la Terre sont faibles, ils ne sont pas pour autant inexistants. Jim Bridenstine a indiqué qu’en dépit du fait que cela ne surviendrait qu’une fois tous les 60 ans, trois événements similaires se sont produits au cours du siècle dernier.

Le chef de la NASA a indiqué que l’agence se charge actuellement de détecter et de suivre 90% des astéroïdes d’au moins 140 mètres de diamètres qui pourraient représenter un danger pour la Terre.

Mots-clés astéroïdesNASA