La NASA ne va finalement pas récupérer un astéroïde

La NASA a finalement décidé de mettre un terme à la mission ARM. L’agence renonce ainsi à récupérer un astéroïde et à la placer près de la Lune pour l’étudier, faute d’un soutien suffisant de la part du Congrès.

ARM, pour Asteroid Redirect Mission, était une mission particulièrement ambitieuse. Elle avait en effet pour objectif de récupérer un astéroïde et de le ramener ensuite dans l’orbite de la Lune afin de nous permettre de l’étudier plus facilement. L’agence spatiale américaine comptait même profiter de l’occasion pour tester de nouvelles techniques afin de faciliter les futurs voyages spatiaux habités.

Fin ARM

Parmi les nombreux tests et envisagés, certains avaient d’ailleurs trait aux propulseurs ioniques avancés.

ARM est annulé

Pour mener à bien cette tâche, la NASA avait prévu de concevoir un appareil capable de tracter des corps dans l’espace, un appareil muni de bras robotiques et de plusieurs pinces d’ancrage.

L’idée était plutôt audacieuse. L’appareil n’avait en effet pas pour mission de remorquer l’intégralité du corps, mais plutôt d’effectuer une découpe afin d’en rapporter un fragment doté d’un diamètre de trois ou quatre mètres.

L’agence n’avait pas encore arrêté son choix, mais elle avait basé sa réflexion sur les caractéristiques de (341843) 2008 EV5, un corps mesurant environ quatre cents mètres de diamètre. Elle était d’ailleurs censée annoncer le nom de sa cible en 2019, soit dans deux ans.

Elle n’en aura malheureusement pas l’occasion. L’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche a en effet eu des répercussions importantes sur le budget alloué à l’agence. Le Congrès était en outre peu enthousiaste à l’idée d’aller chercher un morceau d’astéroïde pour le placer ensuite en orbite lunaire.

Une histoire de budget

En conséquence, la NASA a été contrainte d’annuler purement et simplement sa mission. L’agence l’a ainsi retirée de son budget prévisionnel.

Toutefois, les différents travaux entrepris dans le cadre de cette mission ne sont pas perdus. Les scientifiques de l’agence comptent en effet réutiliser les technologies développées pour d’autres missions. Ce sera notamment le cas du propulseur solaire-électrique développé pour l’appareil de tractage.

Il devrait en effet être utilisé pour alimenter Deep Space Gateway en 2020, et donc la base située à proximité de la Lune pour préparer les longs voyages vers Mars.