La NASA poursuivie par une femme à cause d’une fiole de poussières lunaires

Lorsqu’il est revenu de la Lune dans les années 70, Neil Armstrong a ramené de nombreux échantillons de matériel lunaire. L’administration nationale de l’aéronautique et de l’espace en avait sélectionné 270 pour en faire cadeau à des gouvernements étrangers. Aujourd’hui, environ 150 d’entre eux ont disparu. Beaucoup auraient été vendus sur le marché noir. Néanmoins, quelques citoyens américains semblent en posséder légitimement.

C’est sans doute le cas de Laura Murray Cicco, la fille d’un ami proche du premier homme à avoir posé les pieds sur la Lune. Lorsqu’elle n’avait que dix ans, son père lui aurait apporté une fiole contenant de la poussière lunaire. Le cadeau était accompagné d’une note manuscrite signée par Neil Armstrong en personne.

Le droit de propriété d’un matériel lunaire est un sujet source de litiges aux États-Unis. Pour protéger son bien, Laura Cicco a récemment déposé une plainte contre la NASA, le mercredi 6 juin. Elle y revendique par anticipation son droit de posséder la petite fiole.

La poussière et la note ont été authentifiées

Laura Cicco raconte qu’elle n’avait pas conscience de la valeur de la « fiole de verre avec un bouchon en caoutchouc rempli de poussière grise » quand elle l’avait reçue. D’ailleurs, ce n’est que plus de quarante ans plus tard, lorsqu’elle était en train de déballer les anciennes affaires de ses parents, qu’elle l’aurait retrouvée. Accompagnée de son mari, Chris, elle a ensuite décidé de soumettre l’objet à des tests d’authentification.

Les experts auraient confirmé que la poussière contenue dans la fiole vient de la Lune. Des spécialistes en graphologie auraient également certifié que la note manuscrite était écrite par Neil Armstrong. Sur celle-ci, il est écrit : « À Laura Ann Murray – Bonne chance – Neil Armstrong Apollo 11. »

Des raids de style Swat

Laura Cicco se serait donc rendu compte qu’elle détenait un objet d’une valeur inestimable et qui pourrait lui causer des problèmes. En effet, le guide des échantillons lunaires de la NASA, le Lunar Allocations Handbook, indique que « Les échantillons lunaires sont la propriété du gouvernement des États-Unis, et la NASA a pour politique que les échantillons lunaires ne seront utilisés qu’à des fins autorisées ». « Il est donc essentiel que toutes les personnes qui ont accès aux matériaux lunaires suivent des procédures de reddition de comptes et de sécurité rigoureuses ».

Christopher McHugh, l’avocat de la plaignante, a une certaine expérience de ce type d’affaires. « La NASA a adopté cette position selon laquelle tout le matériel lunaire appartient au gouvernement », a-t-il affirmé. « Ils ont fait des raids de style Swat sur des gens qui ont ce genre de choses, les traitant comme des criminels, je ne voulais pas que ça arrive à Laura ».

Mots-clés luneNASA