La NASA s’est fait corriger par un lycéen

La NASA compte de nombreux experts dans ses rangs, mais elle n’est pas non plus à l’abri d’une erreur et c’est précisément ce que révèle cette surprenante histoire. En observant les données capturées par les capteurs de rayonnement de la Station Spatiale Internationale, un étudiant britannique s’est effectivement rendu compte que ces derniers avaient la fâcheuse tendance à générer de fausses données.

L’agence spatiale américaine mène de front plusieurs missions de la plus haute importance pour l’humanité, mais elle ne vit pas coupée du monde pour autant.

ISS Miles

Grâce à Miles, l’ISS va enregistrer des données plus fiables.

En réalité, elle a lancé durant ces dernières années plusieurs programmes visant à populariser la science pour la rendre la plus accessible possible.

La NASA a lancé de nombreux programmes pour rendre la science plus accessible

La NASA est notamment à la tête d’un programme baptisé TimPix Project. Grâce à lui, les étudiants britanniques ont la possibilité d’accéder à toutes les données capturées par les capteurs Timepix installés sur l’ISS.

Ces derniers fonctionnent à partir de la technologie Medipix, une technologie développée par le CERN. Grâce à eux, les chercheurs de la NASA ont la possibilité d’étudier les rayonnements cosmiques. Ils servent notamment à surveiller les doses de radiation auxquelles sont soumis les locataires de la station spatiale internationale.

Ils jouent donc un rôle extrêmement important.

Miles Soloman a dix-sept ans et il se passionne pour tout ce qui a trait à l’espace. La NASA l’a donc invité à rejoindre ce fameux programme et il a accepté la proposition.

Récemment, durant une séance d’analyses, l’étudiant est tombé sur un os en fouinant dans les fichiers Excel transmis par l’agence. Les capteurs Timepix de la station spatiale internationale avaient enregistré une valeur négative. Surpris, il en a parlé à son professeur. Après avoir vérifié scrupuleusement ses résultats, ce dernier a décidé de contacter directement la NASA pour faire remonter l’information à l’agence.

Miles a trouvé des erreurs récurrentes

Cette dernière lui a alors révélé qu’elle était parfaitement au courant du problème et que ce dernier survenait entre une et deux fois par an.

C’est en tout cas ce que pensaient ses experts. En analysant l’historique des données capturées par ces fameux capteurs, Miles a effectivement réalisé que ces erreurs survenaient plusieurs fois par jour. La NASA a donc lancé une investigation de fond et l’enquête a révélé que certains algorithmes avaient la fâcheuse tendance à se montrer trop imprécis lorsqu’ils convertissaient les données brutes enregistrées par ces capteurs.

Moralité, l’agence peut dire merci à notre lycéen. Grâce à lui, les outils de mesure utilisés par ses chercheurs seront encore plus précis. Miles, de son côté, est très fier d’avoir pu aider la NASA. Son rêve, c’est d’ailleurs de pouvoir un jour travailler pour l’agence.

Mots-clés espaceinsoliteNASA