La NASA veut vérifier si les astéroïdes abritent des volcans

Les scientifiques pensent qu’au début de la formation du système solaire, des protoplanètes sont entrées en collision.  Les chocs auraient fait qu’elles perdent leurs couches extérieures rocheuses, et qu’il ne restait plus que le noyau en fusion et riche en fer. La fraicheur de la température spatiale aurait ensuite provoqué leur refroidissement et leur solidification.

Les astéroïdes métalliques, ou du type M, se seraient formés ainsi.

Simulateur astéroïdes

Crédits Pixabay

Selon une nouvelle étude, les astéroïdes métalliques solidifiés pourraient abriter des volcans. Le froid spatial aurait provoqué une solidification rapide de la couche extérieure des gouttes de fer flottant dans le vide. Il serait donc logique que la partie en fusion ait tendance à vouloir s’échapper de la croûte de fer solide des astéroïdes.

Afin de confirmer la théorie, les chercheurs envisagent de rechercher des traces de volcans sur les astéroïdes métalliques connus du système solaire. Notons que le plus grand d’entre eux est Psyche. D’ailleurs, la NASA compte envoyer une sonde pour étudier ce dernier en 2022.

Trouver une preuve de « ferrovolcanisme »

L’étude a été menée par Francis Nimmo, scientifique planétaire à l’Université de Californie, à Santa Cruz. Il aurait commencé à porter son attention sur les astéroïdes métalliques après avoir constaté le travail de son étudiant, Jacob Abrahams, sur la manière dont les astéroïdes se refroidissent et se solidifient.

« Un jour, il s’est tourné vers moi et m’a dit : «Je pense que tout va éclater.» Je n’y avais jamais pensé auparavant, mais cela a du sens, car vous avez un liquide flottant sous une croûte dense, le liquide veut donc parvenir jusqu’au sommet », a-t-il raconté.

Pour valider l’hypothèse, les scientifiques devront trouver ce qu’ils appellent « une preuve de ferrovolcanisme » sur ces astéroïdes. Il s’agirait, par exemple, de variations de couleur ou de composition du matériau à la surface, ou d’autres caractéristiques similaires à celles d’un événement volcanique.

Nimmo a souligné que les scientifiques ne savent pas encore à quoi ressemblerait un volcan de fer sur un astéroïde en métal.

Une feuille de métal solide à la surface

« Il y a beaucoup de ces météorites métalliques, et maintenant que nous savons ce que nous cherchons, nous pourrions y trouver des traces de volcanisme. Si du matériel venait à apparaître à la surface, il refroidirait très vite, ce qui se refléterait dans la composition de la météorite », a expliqué l’expert. En outre, le gaz qui s’échappe pourrait laisser des trous à la surface.

« Dans certains cas, il se cristalliserait du centre vers l’extérieur et n’aurait pas de volcanisme, mais certains se cristalliseraient de haut en bas, de sorte que vous auriez une feuille de métal solide à la surface avec du métal liquide en dessous », a-t-il ajouté.

Le souci de Nimmo est que les milliards d’années passées auraient pu effacer les traces de volcanisme sur ces astéroïdes métalliques.

Les résultats de l’étude ont été publiés le 8 avril 2019 dans la revue Geophysical Research Letters.

Mots-clés astéroïdesNASA