La Nintendo 3DS est déjà crackée ?

La console portable de Nintendo n’est certainement pas la plus difficile à cracker. Tu prends une Nintendo DS ou une Nintendo DSi, suffit juste d’acheter une cartouche de type linker et de copier ses roms dessus. Autant dire que n’importe qui peut le faire. Forcément, la grande question qui se posait, c’était de savoir s’il en irait de même pour la Nintendo 3DS. Et si l’on en croit deux pirates, il semblerait que cela soit le cas. Autant dire que si ce point est avéré, alors le géant japonais risque de ne pas être très content.

Toutefois, il faut noter que ce que le R4i permet uniquement de jouer à des « sauvegardes » de jeux DS. Ce qui veut tout simplement dire que les jeux de la Nintendo 3DS s’en sortent toujours indemnes. En même temps, quand on sait que la console portable de Nintendo vient tout juste de sortir au Japon (hier en fait), on comprend que les teams qui sont à l’origine des linkers n’aient pas vraiment encore eu le temps de mettre les mains dans le cambouis. Précisons en outre que ces dernières risquent d’avoir pas mal de boulot puisque la Nintendo 3DS devrait normalement se mettre à jour toute seule sans rien demander à l’utilisateur.

Et attention car si tu penses qu’il suffira de désactiver le WiFi de ta console pour passer entre les mailles du filet, tu te trompes lourdement. Apparemment, Nintendo a prévu le coup et il a intégré une connexion WiFi « dormante » (oui, comme un agent secret) à sa console. Une connexion complètement invisible pour l’utilisateur et qui lui permettra de faire passer les mises à jour de sa console à son insu. Reste juste à savoir comment cette connexion fonctionnera, bien sûr, et surtout à quel réseau elle se connectera. Si c’est le notre, à un moment ou un autre, il faudra filer la clé WPA ou WEP qui va bien, hein… Donc suffira peut-être de ne jamais connecter sa console à sa bobox pour être peinard.

M’enfin, ce ne sont que des hypothèses et on se souviendra tout-de-même que la Nintendo DSi avait succombé rapidement  aux assauts vigoureux des vilains pirates. Elle avait ainsi été crackée en trois jours à peine, ce qui démontre bien que Nintendo n’est pas le champion de la sécurité. De toute manière, on le sait bien, aucune protection n’est fiable à 100 %, même la Playstation 3 a fini par rendre les armes alors il en ira certainement de même pour la 3DS. Il faudra peut-être attendre quelques jours, quelques semaines ou quelques mois mais la console de Nintendo finira de toute façon par être crackée, cela ne fait aucun doute.

Mais ce que l’on peut remarquer, au passage, c’est que cette histoire risque d’arranger les affaires de Nintendo. Après tout, quoi de mieux pour vendre une nouvelle console et l’imposer sur le marché que de laisser entendre aux futurs acheteurs qu’ils pourront jouer à tous leurs titres préférés sans rien débourser ? Je pars peut-être un peu loin, c’est vrai, mon cynisme semble même l’emporter sur ma raison mais cette idée n’arrête pas de me trotter dans la tête et j’ai vraiment du mal à m’en débarrasser.