La Nintendo Switch n’aura peut-être pas droit aux dernières puces Nvidia

La Nintendo Switch fait beaucoup parler d’elle en ce moment. La dernière rumeur en date a trait à son processeur, et plus précisément à sa puissance de calcul. D’après certaines sources, la console pourrait en effet faire l’impasse sur les dernières puces mobiles de Nvidia. En d’autres termes, elle risque d’être un peu moins puissante que prévu.

La Switch ne sera définitivement pas une console comme les autres. Contrairement à la plupart des produits concurrents, elle ne sera pas animée par un processeur maison, mais par une puce mobile développée par Nvidia.

Puissance Nintendo Switch

La Switch serait moins puissante qu’une PS4 finalement.

Ce point a d’ailleurs été confirmé par le fondeur lui-même quelques heures à peine après la présentation de la console par Nintendo.

Nintendo Switch : entre Maxwell et Pascal, son cœur balance

Nvidia s’est cependant montré peu disert et l’entreprise n’a ainsi pas évoqué le modèle de la puce intégré dans la console.

Dans le meilleur des cas, elle héritera de la plateforme Pascal, une plateforme dévoilée en même temps que les fameuses GTX 10xx et dotée d’une puissance de calcul bien supérieure à celle de la génération passée.

Ce que laissaient supposer les déclarations du géant de Santa Clara puisque ce dernier avait évoqué une architecture similaire à celles des cartes GeForce les plus puissantes au monde en parlant de la puce de la console.

VentureBeat est moins optimiste, pour sa part. Selon deux sources du site, Nintendo aurait effectivement revu ses prétentions à la baisse et la marque aurait ainsi opté pour un Tegra Maxwell et donc pour une puce de la génération précédente. Pire, selon elles, la console ne devrait pas être plus puissante que la PS4, une console lancée en 2013.

Pourquoi avoir choisi une ancienne architecture, alors ? La réponse est simple et tient en deux mots : le temps.

Une question de mauvais timing ?

La Switch est censée arriver sur le marché en mars prochain, mais les éditeurs travaillent depuis plusieurs mois sur des kits de développement fonctionnels afin de préparer leurs prochains titres. Histoire d’être dans les clous, Nintendo aurait donc opté pour une puce de l’ancienne génération, car les puces Pascal n’étaient pas encore prêtes.

Ces informations doivent cependant être prises avec prudence, car VentureBeat ne présente aucune preuve pour étayer sa thèse.

En outre, il ne faut pas oublier que la puce de la Switch sera une puce custom, personnalisée avec le fabricant. Un point sur lequel avait beaucoup insisté Nvidia dans sa publication. Même si Nintendo a opté pour une puce Maxwell, cela ne veut pas dire que la console manquera de puissance.

Fort heureusement, il ne reste pas longtemps avant d’être fixé puisque La firme tiendra une conférence de presse le 13 janvier prochain pour présenter en détail sa nouvelle console.