La police britannique a cherché un disparu… sur Google Earth

Ricky Hill avait une trentaine d’années et des problèmes plein la tête. Cet homme originaire du Derbyshire a en effet disparu sans laisser de trace en septembre 2014. La police a immédiatement ouvert une enquête mais elle a eu besoin de quatre mois pour trouver son corps. Pas terrible, mais le pire reste à venir car le cadavre a été découvert à seulement quelques kilomètres du dernier endroit où la victime avait été vue.

Ricky souffrait d’une dépression sévère, une dépression à laquelle son mariage n’a malheureusement pas survécu. Brisé, il a commencé à prendre des drogues dures et il a fait une overdose en septembre 2014.

Disparition Google Earth

Un enquêteur britannique a cherché un disparu… sur Google Maps. Ce n’est pas une blague.

Il avait cependant été sauvé in-extremis par les secours avant d’être conduit dans un hôpital de sa ville.

La dépouille du disparu a été retrouvée à seulement quelques kilomètres de l’hôpital, dans un bois

Ricky a cependant disparu quelques heures plus tard, sans laisser de traces. L’hôpital a immédiatement prévenu la police de la ville et cette dernière a dépêché plusieurs inspecteurs sur place. L’enquête n’a cependant rien donné et cette disparition a alors fait la une de tous les médias britanniques.

La police a retrouvé le corps de l’homme quatre mois plus tard, à seulement quelques kilomètres de l’hôpital, dans un bois. Il s’était pendu à un arbre.

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’une personne disparaît dans des circonstances aussi tragiques mais l’opinion publique anglaise a très mal vécu ce fait divers. Les gens n’ont en effet pas compris comment les policiers ont pu passer à côté de ce fameux bois sans l’explorer. Face à la situation, le département de la police du Derbyshire a ouvert une enquête afin de déterminer si les agents chargés de retrouver Ricky avaient bien fait leur travail.

Le sergent Smith-Beard, un des agents de police affectés à l’enquête, a témoigné la semaine dernière et il a alors fait une révélation… fracassante. Il a en effet admis avoir utilisé Google Earth pour effectuer des recherches et tenter de retrouver le disparu.

Il pensait en effet que Google rafraichissait ses cartes quotidiennement et il espérait donc trouver des indices sur le disparu. Inutile de le préciser mais ses explications n’ont pas convaincu grand monde. Non, et le vrai problème, finalement, c’est qu’il n’avait pas pris le temps d’enquêter sur la victime. Preuve en est, il ignorait même qu’il souffrait de dépression.

En attendant, l’audience va se poursuivre pendant quelques semaines.