La Pologne veut bloquer l’accès aux sites pour adultes

La Pologne ne plaisante visiblement pas en matière de sites pour adultes. Le Parti du Droit et de la Justice (PiS) a en effet déposé une proposition visant tout simplement à interdire les sites pornographiques sur l’ensemble du territoire polonais.

Le PiS a été fondé en 2001 par Jaroslaw et Lech Kaczynski, deux frères très conservateurs et eurosceptiques. Quatre ans plus tard, le mouvement est devenu le premier parti de Pologne.

Revenge Porn Facebook

En 2005, Lech Kaczynski s’est présenté aux élections et il l’a emporté sur ses adversaires, obtenant de ce fait le poste de président.

Le PiS, un parti politique très conservateur

Il a alors nommé son frère Premier Ministre et les deux hommes ont dirigé le pays pendant deux ans. En 2007, le parlement a cependant été dissout et le parti n’a obtenu que 32,16 % des voix. Il s’est alors retrouvé dans une position délicate. Encore plus lorsque le président polonais a trouvé la mort en 2010 dans l’accident de l’avion présidentiel.

Jaroslaw s’est présenté à sa succession, mais il a échoué et le PiS a dû attendre 2015 pour retourner aux commandes de la Pologne.

Très conservateur, le PiS n’a jamais caché son mépris pour l’industrie pour adultes et il lui arrive très régulièrement de s’en prendre à ses principaux acteurs en les accusant de chercher à corrompre l’esprit des citoyens.

Le parti semble vouloir aller plus loin à présent puisqu’une nouvelle proposition vient d’être déposée, une proposition demandant tout simplement la mise en place d’un système d’enregistrement afin de restreindre l’accès à tous les sites pornographiques présents sur le web.

Le porno, un problème de santé publique ?

Selon les représentants du PiS, l’accès à la pornographie est en effet devenu bien trop facile et ces contenus ont des effets ravageurs similaires à ceux de la drogue. Ils souhaitent donc imposer le blocage par défaut de tous ces sites aux entreprises de télécommunication.

Piotr Uscinski, un député du PiS, n’est pas tendre envers ces sites. Selon lui, la pornographie « travaille sur le cerveau des consommateurs » et entraîne « des changements de personnalité radicaux ». De son point de vue, ces sites sont donc une menace pour la santé publique et ils peuvent potentiellement déboucher sur « une pandémie de dépendance à la pornographie ».

Arkadiusz Mularczyk, un autre député du parti, appelle pour sa part l’état à « civiliser » les Polonais et à limiter l’accès à ces sites afin de préserver leur quiétude et leur santé mentale.

En 2016, le PiS avait déclenché un vent de protestation en proposant de bannir l’avortement sur l’ensemble du territoire polonais.

Mots-clés nsfyweb