La presse française lance un concurrent à Google Actualités

Entre Google et la presse française, le torchon brûle. Tout ça à cause de Google Actualités, et parce que certains des plus gros quotidiens de l’hexagone souhaite faire payer le géant américain pour agréger leur contenu. Ce dernier ne l’entend évidemment pas de cette oreille et c’est précisément pour cette raison que L’Equipe, Le Parisien, Le Figaro, Libération, Les Echos, L’Express, Le Point et Le Nouvel Observateur se sont associés à Orange afin de lancer un portail dont le seul et unique objectif consiste à venir concurrencer Google Actualités. Bon courage, parce que ça ne va pas être une mince affaire.

Google Actualités, pour ceux qui ne le connaissent pas encore (coucou maman), se présente sous la forme d’un portail entièrement dédié à… l’actualité. Portail qui reprend le titre et le premier paragraphe de plusieurs sites spécialisés sur leur secteur. Parmi eux, on trouve bien évidemment la plupart des quotidiens et des hebdomadaires qui profitent ainsi d’un peu plus de visibilité.

La presse française lance un concurrent à Google Actualités

La presse française souhaite concurrencer Google Actualités avec… ça.

Mais voilà, le problème, c’est que ces derniers ne l’entendent pas de la même oreille et ils exigent ainsi d’être rémunérés par Google. Le gouvernement français a bien évidemment pris part à l’affrontement en se rangeant du côté de la presse et en menaçant la firme américaine de représailles. Cette dernière, de son côté, estime qu’elle n’a pas à reverser quoi que ce soit à la presse et autant dire que les deux parties ne sont pas prêts de trouver un terrain d’entente.

Plusieurs quotidiens et plusieurs hebdomadaires ont donc décidé de venir marcher sur les platebandes du géant en lançant leur propre portail d’actualités. Un portail élaboré en partenariat avec Orange et que vous pouvez trouver à l’adresse suivante : http://presse.lemoteur.fr. Leur objectif est donc clair, ils souhaitent mettre au maximum la pression à Google pour lui faire entendre raison. Fantastique, évidemment, à ceci près que le portail en question ne brille pas par son ergonomie. En réalité, seuls les cinq sujets les plus « chauds » du moment sont affichés sur sa page d’accueil et les internautes souhaitant en savoir un peu plus n’auront d’autre choix que… de passer par le moteur de recherche d’Orange.

Ce que l’on peut aussi remarquer, c’est que tous ces spécialistes du secteur de la presse sont toujours présents sur Google Actualités. De mon point de vue, c’est justement là où le bât blesse puisque ce nouveau portail d’actualités n’est finalement rien de plus qu’un coup de bluff. Si la presse voulait vraiment marquer la rupture, il lui suffirait de commencer par demander à Google de ne plus indexer ses articles. Le problème, évidemment, c’est que le portail de ce dernier représente une importante source de trafic et on comprend donc pourquoi nos dissidents de l’information n’ont pas appliqué cette stratégie.

Et oui, parce que moins de trafic, ça fait aussi moins de pages vues, et donc moins d’argent qui rentre dans les caisses.

Via

Mots-clés orangeweb