La Principauté de Monaco va s’étendre sur la mer

La Principauté de Monaco a lancé la construction d’une extension maritime d’une superficie de 6 hectares. Cette infrastructure accueillera des logements et des équipements publics.

Les travaux ont débuté depuis le milieu de l’année dernière, mais sont devenus plus visibles depuis avril dernier. La livraison de ce nouveau quartier gagné sur la mer est prévue pour 2025.

Ces travaux modifieront le dessin du littoral du deuxième plus petit État du monde, après le Vatican.

Un chantier titanesque

Le groupe Bouygues est chargé de ces travaux gigantesques dont le montant total avoisine le milliard d’euros. La technique utilisée pour gagner du terrain sur la mer est celle d’un remblai confiné par une ceinture de 18 caissons trapézoïdaux en béton armé de 26 mètres de hauteur et pesant 10 000 tonnes chacun.

Un ouvrage impressionnant qui devra supporter le poids énorme des bâtiments construits par la suite. Près de 700 ouvriers travaillent pour réaliser les caissons préfabriqués à Marseille, puis remorqués en mer jusqu’à leur lieu définitif. L’eau sera ensuite remplacée par 600 000 m3 de sable dragué dans les eaux siciliennes.

Ce nouveau terre-plein permettra la réalisation de 60 000 mètres carrés de logements de haut standing accompagnés d’un parc paysager et d’une promenade côtière piétonne. Le Grimaldi Forum sera ainsi étendu de 5 000 m2 et un port d’animation d’une capacité de 30 anneaux sera créé.

Si vous souhaitez prétendre à un appartement de luxe avec une vue imprenable sur la mer, préparez votre chéquier, car le prix au mètre carré avoisine les… 50 000 euros. Le prix total des appartements va donc dépasser les millions d’euros, surtout si l’on imagine le niveau de luxe et les options intégrées à ce type de biens.

Luxe et écologie comme maîtres mots

D’importants moyens sont actuellement déployés sur le plan d’eau, pour prélever les vases polluées et les acheminer via des bennes étanches sur leur site de traitement à La Seyne-sur-Mer. La qualité des eaux est surveillée attentivement pour prévenir tout risque de pollution pour la baignade en cette saison touristique débutante.

Monaco s’est agrandie par les airs grâce à ses tours à l’époque, mais cela n’a pas suffi à répondre à la demande toujours plus importante. L’extension maritime reste la solution la plus efficace. D’ailleurs, 20% de la Principauté ont déjà été gagnés sur la mer par le passé, soit 40 hectares.

Pour protéger les parties les plus exposées de la houle, les caissons seront munis de chambres d’amortissement permettant de diminuer son importance. Quel sera l’impact de ce chantier sur l’écosystème marin, les courants et l’érosion ?

Le gouvernement princier a insisté sur la protection de l’environnement et la préservation de la biodiversité marine (réserve du Larvotto, tombant des Spélugues). C’est pourquoi 147 grandes nacres et 500 m2 d’herbiers de Posidonies ont été déplacés. Un suivi scientifique des transplantations sera effectué pendant 10 ans, pour s’assurer du succès du transfert de cette espèce protégée et emblématique.

L’écoquartier recevra d’ailleurs de multiples labels environnementaux, comme HQE Aménagement, BREEAM, Biodivercity ou Port Propre…

Mots-clés écologieluxemonaco