Clicky

La Publicité devrait bientôt faire son entrée sur Messenger

Littéralement saturé de réclames en tout genre, Facebook cherche sans relâche de nouveaux encarts publicitaires. Le réseau social vient donc – tout naturellement – de se tourner vers son service de messagerie instantanée Messenger, jusqu’ici vierge de toute annonce. Une virginité des plus appréciable pour les nombreux utilisateurs du service, qui devrait malheureusement toucher à sa fin dans un avenir (très) proche…

La firme de Mark Zuckerberg a effectivement fait savoir mardi que le service comporterait bientôt des annonces publicitaires, en indiquant tout de même que les annonceurs devront s’adapter au format et à la configuration générale de l’application de chat, lancée en début d’année 2014. Ouf, nous voilà rassurés…

pub-messenger

Facebook a récemment indiqué que la publicité devrait bientôt débarquer sur Messenger. Le service de messagerie instantanée en était jusqu’à maintenant exempt.

Si la chose ne devrait – selon toute logique – pas vraiment faire le bonheur des utilisateurs de Messenger, Facebook compte malgré tout mettre à profit la large communauté d’habitués dont dispose son service.

Des tests prometteurs réalisés en Thaïlande et en Australie

Avec 1,3 milliard d’utilisateurs réguliers, Messenger représente une véritable mine d’or encore inexploitée en termes de revenus publicitaires. Et à vrai dire, il est même surprenant que le géant américain n’ait pas cherché à en tirer avantage plus tôt…

C’est ce que l’on apprend d’un communiqué publié par Facebook. Le réseau social y explique notamment avoir réalisé des essais grandeur nature, dans deux pays : la Thaïlande et l’Australie. Essais qualifiés par ailleurs de « prometteurs« , sans que l’on en sache plus sur ce que Facebook entend vraiment par là.

Comme le souligne Les Echos, seule la page d’accueil de Messenger devrait être concernée par les réclames. Les conversations en elles-mêmes seraient donc épargnées si l’on en croit le quotidien, du moins pour l’heure.

Le réseau social aux 2 milliards d’usagers tirant toutefois la grande majorité de ses revenus de la publicité, il y a fort à parier que des annonces puissent faire leur apparition plus en profondeur dans l’application avec le temps.

Reste à savoir si Facebook saura faire preuve de mesure. Dans le cas contraire, les utilisateurs mécontents n’auraient que l’embarras du choix chez la concurrence en termes de messageries instantanées.