La publicité du leader de l’opposition russe a été retirée par Google

Alexei Navalny, leader de l’opposition russe, a diffusé une publicité sur YouTube avant l’élection des gouverneurs régionaux dimanche prochain. Les autorités russes ont pointé du doigt cette publication en affirmant qu’elle viole une loi sur le silence électoral.

Dans la série de vidéos qui a été publiée sur la chaine YouTube de cet opposant de Vladimir Poutine, il invite ses compatriotes à participer aux manifestations le jour de l’élection. La raison de cet appel aux sittings est simple : contester le fait que Sergei Sobyanin, ex-chef de cabinet de l’homme fort du Kremlin, soit réélu dirigeant de la capitale russe.

YouTube

Leonid Volkov, assistant de Navalny, a communiqué un message sur les réseaux sociaux de la raison de la suppression de la publicité. Selon ses dires, la Commission électorale centrale aurait déposé une plainte auprès de Google. Il considère ce geste comme illégal.

Google a donné sa version

Par l’intermédiaire de son bureau russe, Google a fait sa déclaration à propos de la suppression. Dans un commentaire, le responsable du groupe affirme que le géant IT prend en main toutes les plaintes faites par les organismes publics si elles sont justifiées.

Google invite aussi les usagers à utiliser la chaine suivant la législation locale et les règlements qu’il a imposés en matière de publicité.

Pour Navalny, ce sera la prison ferme pendant les élections. Il est reconnu coupable pour son acte qui est considéré comme une violation des lois sur la protestation. Les partisans de ce leader de l’opposition seraient nombreux à manifester dans tout le pays pour le soutenir.

Une élection qui s’annonce problématique

La situation semble être tendue en Russie entre les dirigeants et le peuple.

Ce dernier n’est pas content des dernières décisions prises par les leaders du pays. Ils ont prévu d’augmenter l’âge de la retraite.

Selon les analystes politiques russes, bien que Sobyanin semble être sur la bonne voie, sa victoire serait ternie. Comme de nombreux électeurs pourraient rester à distance, le candidat ne sera donc pas réélu unanimement. Sur les 85 régions que dispose le pays, il y aura aussi une organisation d’élection pour 25 postes de gouverneur.

Mots-clés googleyoutube