La Purge : l’auteur de l’appel diffusé pour Halloween condamné à du sursis

Le 29 octobre 2018, Aissa Benchelef, un adolescent de 19 ans, a créé la panique sur les réseaux sociaux après avoir lancé un appel à « la purge » pour le soir du 31 octobre 2018. Les messages qu’il a publiés ont rapidement fait le tour sur Snapchat pour ensuite être republiés et partagés sur Twitter et Facebook.

Dans ses publications, l’adolescent a notamment établi une liste de règles à respecter pour cette purge qu’il voulait organiser : « 1- habillez-vous en noir avec masque si possible /2 – toutes les armes sont autorisées /3 – brûlez tous ce que vous voyez, voiture, poubelles etc… /4 – tous les vols sont autorisés vélo, voiture, scooter. »

Facepalm

Si pour le jeune homme, il ne s’agissait que d’une blague, le tribunal correctionnel de Grenoble ne l’a pas entendu de cette oreille et l’a condamné à quatre mois de prison avec sursis et 70 heures de travail d’intérêt général.

Les internautes (relativement) paniqués

Tout a commencé le 29 octobre 2018 lorsque Aissa a décidé de posté le message suivant sur Snapchat : « A tous les mecs de Grenoble (smh, echirolles, fontaine, etc.) venez le 31, c’est la purge, tous les coups sont permis : toutes les zones & les quartiers montent une équipe, quand 2 équipes se croisent obliger de s’affronter !!! A tous les autres, restez chez vous. Bonne chance à tous les secteurs, bonne purge. »

En quelques heures, ce message a circulé comme une trainée de poudre sur la toile, ce qui a provoqué un certain émoi chez les internautes.

Certains utilisateurs ont tenu à mettre en garde tous ceux qui n’auraient pas eu vent de cette purge. « Les gens de Corbeil-Essonnes, je vous déconseille fortement de mettre les pieds dehors le 31 octobre à partir de 20h… la purge est lancée. »

Jugé pour provocation au crime

Devant le tribunal correctionnel de Grenoble, Aissa Benchelef a expliqué pour sa défense qu’il ne s’agissait que d’une « mauvaise blague. » Cette idée lui serait venue à la suite d’une soirée étudiante où il était déguisé comme dans le célèbre film américain « American Nightmare. »

« Mon déguisement a plu à beaucoup de monde. On m’a dit que j’étais un mec prêt pour la purge. Le lendemain, j’ai donc décidé de publier sur Snapchat les règles de la purge qui figuraient dans le film. »

Toutefois, cette blague n’était pas du goût de tout le monde et Aissa a été poursuivi pour « provocation au crime ou délit non suivi d’effet. »

Mots-clés justice