La reconnaissance faciale pourrait être utilisée dans les écoles de la ville de New York

Ce seront huit écoles de l’ouest de la ville de New York qui testeront pour la première fois aux États-Unis la technologie de la reconnaissance faciale au niveau des établissements scolaires.

Le district scolaire de Lockport City devrait ainsi activer son système Aegis qui a été approuvé par le département de l’éducation de l’État de New York il y a de cela deux ans.

Crédits Pixabay

La surintendante Michelle Bradley de Lockport City a cité l’augmentation du nombre de fusillades dans les écoles comme principale raison de l’installation de ce système. Selon elle, tous les composants sont déjà installés dans l’établissement et n’attendent plus que leur activation.

L’objectif général de cette phase initiale de mise en œuvre d’après Bradley est d’affiner le fonctionnement du système et de former le personnel affecté à la salle des caméras. La technologie devrait ainsi être totalement opérationnelle pour la prochaine rentrée scolaire en septembre.

Comment le système va-t-il fonctionner ?

Le système Aegis est déjà utilisé dans les aéroports, les casinos ou encore les magasins de détail. Il facilitera ainsi la surveillance des périmètres et des entrées dans et autour des bâtiments scolaires. Le système de correspondance de formes pourra repérer les visiteurs indésirables comme les délinquants sexuels, les étudiants et les employés suspendus, et même les armes à feu.

Une alerte sera déclenchée pour validation par le personnel dans le cas d’une correspondance positive. S’il s’agit d’une fausse alerte, le cas sera juste ignoré, mais si par exemple une arme à feu est confirmée, le système déclenchera le verrouillage de l’école et contactera automatiquement les forces de l’ordre.

Une décision controversée

Bien que le district soit confiant que son système est conforme à toutes les lois applicables en matière de protection de la vie privée, le département de l’éducation reste cependant prudent. Un porte-parole a ainsi indiqué que le département n’a pas conclu que le cadre nécessaire était en place pour sécuriser correctement les données. Il recommande ainsi au district de reporter l’utilisation du système de reconnaissance faciale afin d’affiner le programme de sécurité et de confidentialité des données.

De son côté, Monica Wallace, qui est membre de l’Assemblée de l’État de New York, a présenté un projet de loi sur le sujet. Il s’agit d’une loi qui pourrait obliger le district de Lockport à stopper l’utilisation de la reconnaissance faciale pendant un an. Cette période permettra au département de l’éducation de mieux étudier la technologie.

Avec l’augmentation du nombre de fusillades perpétrées dans les écoles aux États-Unis, les responsables cherchent des moyens pour protéger les étudiants et le personnel. La question est de savoir si l’utilisation de la reconnaissance faciale dans les établissements scolaires sera effectivement la meilleure solution.