La RIAA a fait fermer le site MP3Fiber

La Recording Industry Association of America (RIAA) continue de lutter contre les plateformes d’extraction de flux audio et vidéo sur internet. Elle vient ainsi de demander la fermeture du site MP3Fiber.

Mauvaise nouvelle pour ceux qui ont l’habitude de recourir à la plateforme d’extraction audio MP3Fiber. Comme YouTube-MP3, Video-download.co ou encore EasyLoad.co, elle a été contrainte de cesser son activité en raison d’une plainte de la RIAA. Désormais, le site qui permettait d’extraire des contenus depuis des sources comme YouTube, SoundCloud et Dailymotion pour les convertir ensuite en fichiers MP3 n’est plus que l’ombre de lui-même. Pourtant, il a réellement été populaire en se positionnant comme une alternative aux plateformes payantes telles que Spotify ou iTunes.

YouTube

Malheureusement, l’administrateur du site MP3Fiber a préféré se plier face aux menaces de la RIAA plutôt que de s’engager dans une démarche judiciaire fastidieuse.

Une fermeture sans procédure judiciaire

En théorie, les artistes et les labels devraient percevoir une rémunération pour chaque diffusion de leurs œuvres sur YouTube. Malheureusement, la réalité ne permet toujours pas de procéder ainsi.

Grâce aux plateformes d’extraction audio qui proposent des services gratuits, les internautes ont la possibilité d’avoir les contenus qui les intéressent et les stocker sur leurs appareils en toute liberté et sans dépenser le moindre centime, hormis bien évidemment les frais de données.

Pour mettre un terme à cette pratique, la RIAA et la BPI (British Recorded Music Industry) ont adopté des mesures sérieuses ayant débouché sur la fermeture d’un grand nombre de sites de « rippage Youtube ».

Concernant la plateforme MP3Fiber, elle a voulu arrêter son service de plein gré, n’ayant aucun désir de subir des problèmes juridiques avec l’association interprofessionnelle américaine qui défend les intérêts de l’industrie du disque.

Une tâche qui risque d’être difficile pour la RIAA

Certes, le fait que la RIAA intensifie la lutte contre les plateformes en ligne d’extraction audio est une bonne nouvelle pour les artistes et les labels, cependant, l’organisme risque d’avoir du mal à combattre le phénomène.

Des milliers de sites proposant un tel service continuent de fonctionner partout dans le monde. Il est particulièrement difficile d’intervenir lorsqu’il s’agit de sites basés en dehors des États-Unis, comme ce fut le cas de MP3Fiber dont l’administrateur résidait au Canada, d’où la nécessité d’instaurer une collaboration entre les États.