Web

La RIAA menace les universités américaines…

Décidément, les étudiants américains n’ont pas le vent en poupe en ce moment. Faut dire aussi, depuis que la syphilis a refait son apparition, ce n’est pas la fête tous les jours. Et ça risque de l’être de moins en moins puisque la RIAA vient d’en rajouter une couche en menacant directement les universités qui permettent à leurs étudiants d’accéder aux réseaux Peer to Peer…

On le sait bien maintenant, ce n’est pas tous les jours facile d’être américain. Faut dire aussi, quand on décide d’élire Bush deux fois et qu’on permet à un mec comme Schwarzeneger de devenir gouverneur, faut pas se demander pourquoi tout va mal. Hop, c’était mesquin et gratuit, inutile de me remercier :)

Donc toujours est-il que la RIAA n’arrange pas les choses puisqu’elle vient une fois de plus de menacer les universités américaines qui permettent à leurs étudiants de surfer sur les réseaux Peer to Peer. Une menace plutôt sérieuse puisqu’il serait même question de couper les subventions gouvernementales des universités trop laxistes en la matière. Oui, ça sent le bon vieux lobbying à plein nez…

Les grands penseurs de ce siècle (et grands défenseurs de la culture) estiment en effet que le manque à gagner devient trop important et qu’il est temps de se la jouer comme au Far West. Et comme ces gens-là sont complètement désintéressés, ils envisageraient donc de forcer les universités à mettre en place des systèmes légaux comme Napster ou Rhapsody pour tous ces vilains piratins. Que l’on se rassure cependant, cette initiative viserait simplement à permettre aux étudiants de se cultiver en achetant un peu plus de Justin Timberlake.

On l’aura compris, la RIAA se présente donc comme l’une des associations les plus humanistes et les plus désintéressées de ce siècle. Une constatation des plus rassurantes, surtout lorsqu’on pense que la France est un de ces pays qui n’attendent que de pouvoir appliquer le modèle américain à l’intérieur de leurs frontières.

Via BizOrigin