La Russie a enfin présenté son projet de base lunaire

La Russie s’intéresse à la Lune depuis plusieurs décennies maintenant et elle a la ferme intention de construire une base lunaire sur notre magnifique satellite dans un avenir proche. Le gouvernement russe vient d’ailleurs de faire un point complet sur la question.

Si la Russie souhaite construire une base lunaire, ce n’est pas uniquement pour la beauté du geste. L’idée est en effet d’utiliser notre satellite comme un relais afin de préparer les vols habités vers d’autres planètes.

JAXA Lune

Le gouvernement russe a donc évoqué en détail son programme lunaire un peu plus tôt dans la semaine à l’occasion d’une conférence de presse. Il se compose de quatre étapes différentes.

Première étape (2017-2030)

La Russie compte procéder avec prudence et elle commencera ainsi par lancer les sondes Luna Globe, Luna Orbiter, Luna Grunt et Luna Ressource afin de cartographier la Lune et de déterminer ainsi l’emplacement idéal pour sa future base.

En parallèle, les ingénieurs de l’agence spatiale russe vont continuer à travailler sur leur nouveau lanceur, mais également sur plusieurs autres appareils comme la nouvelle version de leur vaisseau cargo ou encore une capsule d’atterrissage.

En dépit de l’importance de ce projet, la Russie ne compte pas couper les ponts avec les autres nations et elle continuera ainsi à travailler sur la station orbitale lunaire développée en partenariat avec le gouvernement américain : Deep Space Gateway.

Ce qui est finalement assez logique puisque Roscosmos a de toute manière signé un accord avec la NASA en septembre dernier.

Seconde étape (2031-2040)

Durant la seconde étape, la Russie se focalisera sur la base lunaire et les différents modules la composant.

Les instigateurs du projet pensent en effet opter pour une structure modulaire et cette base se composera ainsi de plusieurs modules différents. Parmi ces derniers, on trouvera notamment un module dédié à la production d’énergie, un laboratoire lunaire et un abri contre les radiations.

La Lune est en effet très exposée aux vents solaires en raison de son atmosphère et de sa magnétosphère ténues. Pour s’installer durablement sur le satellite, la Russie devra donc être capable de protéger ses colons des radiations émises par notre étoile.

Cette étape sera également l’occasion pour les Russes de commencer à travailler sur les futurs véhicules de transport lunaires.

Troisième étape (2041-2050)

La troisième étape sera la plus importante. Elle consistera en effet à acheminer les différents modules lunaires sur notre satellite et à ériger ainsi les bases de la station.

La Russie ne compte évidemment pas se limiter aux modules composant sa base et la station s’accompagnera ainsi de plusieurs engins capables de forer dans les profondeurs de la Lune. Ces derniers s’accompagneront en outre d’un laboratoire dédié à l’astrophysique et d’un complexe consacré aux études médico-biologiques.

En outre, la Russie devra également s’assurer d’être en mesure de produire de l’eau et de l’oxygène afin de pouvoir répondre aux besoins des colons.

Quatrième étape (après 2050)

Lorsque tout sera en place, la Russie enverra ses premiers colons sur la Lune et ces derniers commenceront tout de suite à travailler sur la collecte de ressources afin de préparer les futures missions spatiales.

La base lunaire russe devra alors se doter de nouveaux modules afin d’être en mesure de produire et de stocker le combustible nécessaire à ces périlleuses expéditions. À terme, la Russie envisage même de construire une usine afin d’assembler des lanceurs sur place.