Clicky

La Russie va utiliser le RATAN-600 pour écouter les signaux radios extraterrestres

L’astronome astrophysicien spécial de l’Académie des sciences de Russie Sergey Truskin compte résoudre une énigme spatiale consistant à déterminer la source de mystérieux signaux. Ce scientifique a expliqué à des médias locaux les raisons qui poussent les experts à se pencher sur des signaux radio émis par des extraterrestres ou encore sur le cas des impulsions radio rapides. Selon cet astronome, le télescope russe dénommé RATAN-600 pouvait parvenir à identifier la source de ces impulsions.

Selon Sergey Truskin, ces impulsions n’ont pas pu être détectées un demi-siècle auparavant, car les scientifiques de l’époque ne jouissaient pas des équipements de pointe actuels. De ce fait, ils ont pensé que ces impulsions venaient non pas de l’Univers, mais de la Terre.

Espace

Les impulsions radio ont été détectées pour la première fois par le télescope Parks. Depuis, neuf autres impulsions ont été identifiées.

Des impulsions intrigantes pour les scientifiques

En comparant ces impulsions, les scientifiques ont émis l’hypothèse que certaines d’entre elles pouvaient provenir de sources artificielles.

Selon eux, il n’est pas impossible que ces radios fréquences émanent de civilisations extraterrestres établies au fin fond de l’Univers.

Ces signaux radio ne présentent pas les caractéristiques des étoiles et encore moins de pulsars ou de trous noirs. Parmi les possibilités restantes figure l’hypothèse d’origine extraterrestre. Quelques astrophysiciens pensent que ces impulsions produisent des particules très sombres de matière noire. Selon eux, elles envoient des explosions de trous noirs microscopiques et cause des effondrements de parts.

RATAN-600 toujours dans la course

La Russie possède l’un des télescopes les plus célèbres et les plus anciens existants jusqu’alors : le RATAN-600. Truskin mise énormément sur les caractéristiques uniques de ce télescope qui pourront éclairer les scientifiques sur la nature de ces impulsions et prouver que ces signaux n’envoient pas de neutrons ni de pulsars ordinaires.

Le RATAN-600 est équipé de plusieurs filtres, de quatre détecteurs de rechange ainsi que de récents équipements radio. Toutefois, Truskin confie que le télescope aurait besoin de plus de détecteurs pour mieux détecter les nouvelles impulsions. Selon cet astronome, le véritable problème auquel est confronté le télescope RATAN est le temps.

Si d’autres pays comme le Canada sont actuellement en train de construire un mega télescope avec une forte capacité de détection, le fait qu’il ne soit pas encore fonctionnel permet aux scientifiques russes de mettre en avant les capacités de haute fréquence de leur télescope RATAN-600.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !