La Russie veut protéger la Terre des astéroïdes

La Terre est souvent touchée par des astéroïdes. La plupart se désagrègent dans notre atmosphère, mais il arrive parfois qu’ils atteignent la surface de notre planète. La NASA a mis en place un observatoire dans les années 90 pour suivre les astéroïdes les plus massifs, mais ce dernier est loin d’être parfait et nous en avons encore eu la preuve cet été.

2016 QA2, un astéroïde mesurant entre 15 et 45 mètres de long, est effectivement passé à proximité de notre planète sans que personne ne se rende compte de rien. Ni la NASA, ni l’ESA, ni les agences spatiales des autres nations. L’affaire avait d’ailleurs fait pas mal de bruit à l’époque.

Russie Astéroïde

La Russie veut protéger la Terre des astéroïdes.

Ce n’est évidemment pas la première fois que cela arrive.

La Russie est souvent touchée par les astéroïdes

En 2013, un météore a ainsi été observé dans le ciel du sud de l’Oural, au-dessus de Tcheliabinsk. Il était doté d’un diamètre compris entre 15 et 17 mètres, avec une masse tournant autour des 7 000 tonnes. Impressionnant, mais ce n’est pas fini, car le corps a littéralement explosé en traversant notre atmosphère, libérant une énergie équivalente à 440 kilotonnes de TNT et donc à trente fois la puissance de la bombe lâchée sur Hiroshima pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le phénomène a provoqué une puissante onde de choc au-dessus de la ville de Tcherliabinsk, entraînant par la même occasion l’explosion de milliers de vitres et même l’effondrement de plusieurs bâtiments. Un millier de personnes ont été blessées et des fragments du météore ont été retrouvés dans toute la région.

Ce n’était pas la première fois que la Russie a été touchée par un corps venu de l’espace. En 1908, une gigantesque explosion est en effet survenue en Sibérie centrale et l’onde de choc provoquée par le phénomène avait détruit la forêt sur un rayon de vingt kilomètres.

L’événement de la Toungouska, c’est son nom, n’a jamais été vraiment expliqué, mais de nombreux chercheurs pensent que cette explosion a été provoquée par la chute d’un objet céleste. C’est en tout cas ce qu’ils ont déduit des témoignages des personnes qui vivaient dans la région à l’époque, des témoignages qui faisaient expressément allusion à la présence d’une boule de feu dans le ciel sibérien.

Un nouvel observatoire pour protéger la Terre des corps célestes

Le gouvernement russe prend ces menaces très au sérieux. Face à la situation, il a donc décidé de financer la mise au point d’un système d’alerte reposant sur l’utilisation d’un microsatellite bardé de capteurs. Une fois placé au point Lagrange L1, il sera en mesure de suivre tous les corps célestes dotés d’un diamètre supérieur à dix mètres. S’il en détecte un, il enverra immédiatement une alerte aux équipes au sol avec des informations portant sur la vitesse et la trajectoire de l’astéroïde.

Les chercheurs pourront alors calculer son point d’impact et transmettre l’information aux autorités, qui se chargeront pour leur part de protéger la population.

Le fait de placer ce microsatellite au point Lagrange L1 n’est pas anodin. À l’heure actuelle, nos instruments ont effectivement beaucoup de mal à repérer les objets en provenance du Soleil et cet appareil devrait donc nous aider à mieux nous protéger de ces corps.

Pour le moment, la Russie a estimé le coût du projet à 10 millions de roubles. Le début des études est prévu pour l’année prochaine.

Mots-clés astéroïdeespace