La sonde solaire Parker de la NASA rencontre le soleil à nouveau

Bonne nouvelle : la sonde solaire baptisée Parker a accompli son premier voyage orbital autour du soleil. Alors que l’équipe responsable du projet pensait que l’engin était endommagé par la chaleur, tous les constats menés dernièrement semblent indiquer qu’il est tout à fait opérationnel.

Si l’on se réfère aux informations fournies par la NASA, la sonde Parker a atteint son aphélie le 19 janvier 2019.

À cette date précise, elle a été plus que jamais éloignée de son étoile. Si tout se passe bien, elle devrait se rapprocher au maximum du soleil le 4 avril 2019. Les scientifiques traduisent ce phénomène par le terme périhélie.

La sonde solaire Parker de la NASA a en tout cas battu tous les records – et dépassé toutes les prévisions – en mettant 161 jours pour franchir la première étape du projet. Il ne reste plus qu’à attendre.

Deux succès en 161 jours

En 161 jours, la sonde solaire Parker a réalisé de véritables prouesses.

En plus de passer à son aphélie le 19 janvier 2019, elle est totalement opérationnelle. Le jour du Nouvel An, elle a atteint la phase E, c’est-à-dire que l’ensemble de son système fonctionne correctement. En d’autres termes, Parker pourra enfin accomplir la tâche qui lui a été assignée.

L’équipe Parker considère cette étape comme une grande réussite. «C’est une première orbite fascinante et éclairante », a proclamé Andy Driesman, le responsable du projet Parker Solar Probe. « Nous avons beaucoup appris sur la manière dont la navette spatiale fonctionne et réagit à l’environnement solaire, et je suis fier de dire que les prévisions de l’équipe sont très précises », ajoute-t-il dans un communiqué.

Parker, un projet porteur d’espoir

Pour l’heure, la sonde solaire Parker a transmis 17 Gigabits de données via le Deep Space Network de la NASA. Toutes les informations ne seront complètes qu’en avril, car c’est à ce moment-là que l’engin effectuera son premier tour orbital sur le soleil. Les données recueillies permettront aux scientifiques de collecter des informations supplémentaires sur la couronne solaire ainsi que le mode de déplacement des matériaux stellaires.

Pour sa part, Nour Raouafi affirme fièrement que les données perçues faisaient allusion à « beaucoup de choses nouvelles que nous n’avions pas vues auparavant et à de nouvelles découvertes potentielles ». Selon lui, la sonde Parker « tient la promesse de la mission de révéler les mystères de notre soleil ».

Mots-clés espacesoleil