La Surface Go est, elle aussi, impossible à réparer soi-même

Avec sa Surface Go, Microsoft dévoilait en juillet dernier une tablette convertible attractive à bien des égards. Pour 450 euros, l’appareil propose presque tout ce qu’un terminal nomade de la gamme Surface peut offrir… même les inconvénients qui vont avec, si l’on en croit iFixit. Opiniâtres comme jamais, les techniciens du site (spécialisé dans le démontage d’appareils électroniques et la création de tutos destinés à la réparation de ces derniers) ont tenu bon et sont parvenus à démonter intégralement la dernière création de Microsoft. Un véritable parcours du combattant détaillé pas à pas dans un article publié pour l’occasion.

La Surface Go y écope finalement d’une note de 1 sur 10 en termes de réparabilité. C’est (presque) aussi mauvais que l’indice obtenu par le Surface Laptop en son temps. Démonté l’année dernière par iFixit, le premier laptop 100% Microsoft avait pour sa part récolté un score de 0 sur 10.

Les Américains d’iFixit ont démonté la dernière création de Microsoft, et sans surprise, la Surface Go est impossible à réparer par ses propres moyens. Elle remporte sur le site un score de réparabilité de 1 sur 10.

La firme de Redmond demeure donc fidèle à ses habitudes en la matière avec sa nouvelle Surface « Low Cost ». Les derniers appareils de la gamme sont une plaie à démonter, s’avérant bien souvent très difficiles, voire impossibles, à réparer – et la Surface Go ne fait malheureusement pas exception à la règle.

Impossible de faire quoi que ce soit sans démonter l’écran

Principal problème pointé par iFixit, le démontage d’une Surface Go devra invariablement commencer par celui de la dalle IPS qui équipe la tablette. L’ensemble des composants est en effet contenu dans un châssis fermé hermétiquement par l’écran, qui fait ici pratiquement office de « couvercle ».

Une fois la dalle retirée (une opération délicate qui peut amener à la briser), l’accès aux composants se fait dans la douleur. Microsoft a en effet opté pour un recours appuyé aux bandes adhésives pour assembler les différentes pièces les unes aux autres. Une pratique courante, le Surface Laptop avait d’ailleurs été qualifié de « monstruosité pleine de colle » par iFixit l’année dernière. Ici le constat est à peu près dans la même veine, rendant toute opération de désassemblage exagérément compliquée et périlleuse.

Le site rapporte par ailleurs que du fait même de sa conception, la Surface Go s’avère (et cela ne sera une surprise pour personne) être une plateforme très peu évolutive. Impossible d’upgrader le processeur, la mémoire vive ou le stockage, par exemple. Tous ces composants sont soudés à la carte mère.

De plus en plus fréquente, cette tendance réduit fortement l’espérance de vie de l’appareil et forcera l’utilisateur à le remplacer purement et simplement d’ici quelques années. De là à parler d’obsolescence programmée, il n’y a qu’un pas.

Pour rappel, la Surface Go sera disponible en France à partir du 28 août prochain.