La Terre a encore reçu la visite d’un astéroïde, cette fois de classe Apollon

La Terre est souvent visitée par des astéroïdes filant à vive allure à travers l’espace, et certains de ses corps ont parfois tendance à s’approcher un peu trop près de notre monde. C’est le cas de 2019 MT2, un astéroïde de classe Apollo découvert le mois dernier par la NASA.

Le système solaire est un système particulièrement complexe. En plus de son étoile, de ses planètes et de leurs nombreuses lunes, il compte en effet pas moins de deux ceintures d’astéroïdes.

Simulateur astéroïdes

Crédits Pixabay

La première se situe entre les orbites de Jupiter et de Mars, tandis que la seconde se trouve en périphérie et donc au-delà de l’orbite neptunienne.

La Terre, souvent visitée par des astéroïdes

Tous les astéroïdes de notre système ne sont cependant pas répartis dans ces deux ceintures et certains d’entre eux voguent ainsi librement à travers l’espace, en toute insouciance.

Pour faciliter leur catégorisation, le JPL utilise une classification complexe. Les astéroïdes s’approchant le plus de la Terre sont ainsi affectés aux géocroiseurs et répartis en trois familles différentes, des familles se distinguant principalement l’une de l’autre en fonction de leur demi-grand axe et leur périhélie : les Aton, les Apollon et les Amor.

Les astéroïdes Apollon regroupent de nombreux corps différents. L’année dernière, cette catégorie comptait ainsi un total de 10 325 astéroïdes. Toutefois, la liste s’allonge au fur et à mesure que passent les années.

2019 MT2 est justement un corps assez récent. Découvert pour la première fois en juin de cette année, il avait réussi à passer sous nos radars jusqu’à présent, principalement en raison de sa petite taille. Si l’on en croit les mesures effectuées par le JPL, alors le corps mesurerait environ 102 pieds de diamètre, ce qui donne quelque chose comme une trentaine de mètres.

2019 MT2, un astéroïde fraîchement découvert

Si sa composition exacte n’est pas connue, nous savons néanmoins que cet astéroïde se déplace à une vitesse moyenne de 11,04 kilomètres par seconde et qu’il s’est approché au plus près de notre planète aujourd’hui, en passant à environ 1,6 million de kilomètres de notre position.

La Terre ne courait donc aucun danger, ce qui n’est finalement pas surprenant. Comme l’a rappelé récemment la NASA, les astéroïdes capables de détruire les villes ne sont pas courants et 2019 MT2, de par sa taille, n’aurait de toute manière pas occasionné plus de dommage que le superbolide de Tcheliabinsk.

Ce qui ne veut cependant pas dire que les astéroïdes ne sont pas une menace à prendre au sérieux. En réalité, cela fait maintenant plusieurs années que l’agence spatiale américaine travaille sur un système de défense planétaire pour éviter que le pire ne se produire. Un système consistant principalement à dévier des astéroïdes en utilisant des sondes propulsées à grande vitesse.