La Terre a encore reçu la visite d’un astéroïde, et il était vraiment colossal cette fois

La Terre est loin d’être le seul corps à orbiter autour de notre étoile. Complexe est le système solaire, dirait l’ami Yoda. En plus de la planète bleue, il faut ainsi compter sur sept autres planètes connues, un nombre conséquent de lunes ou de planètes naines… et « quelques » astéroïdes.

Les guillemets ne sont d’ailleurs pas là pour décorer puisque l’on dénombre plusieurs centaines de milliers de corps de ce type dans le système, des corps le plus souvent regroupés dans la ceinture d’astéroïdes située entre les orbites de Mars et Jupiter ou même dans la ceinture de Kuiper.

Simulateur astéroïdes

Crédits Pixabay

Or justement, la Terre reçoit très fréquemment la visite d’astéroïdes.

2019 DN, un astéroïde un peu particulier

Si la plupart d’entre eux passent le plus souvent inaperçus, il en va tout autrement de 2019 DN.

Car en effet, ce corps céleste est loin d’être un astéroïde commun et il fait ainsi partie des objets géocroiseurs, et donc des corps suivant une orbite proche de la nôtre.

Pour rentrer dans cette catégorie, les objets doivent impérativement suivre une orbite les amenant à une distance inférieure ou égale à 0,05 unité astronomique de notre monde.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces corps sont assez répandus et la NASA en dénombrait près de 18 000 en 2017.

Toutefois, ce n’est pas la seule particularité de 2019 DN. En raison de sa taille, ce dernier est également ce que l’on appelle un PHO et donc un objet potentiellement dangereux. D’après les relevés effectués, cet astéroïde mesurerait en effet entre 91 et 200 mètres de diamètre.

Aucun danger direct pour la Terre

La dangerosité d’un astéroïde dépend principalement de sa taille et de sa composition. En temps normal, les corps dotés d’un diamètre inférieur à dix mètres n’ont que peu de chances de survivre à leur entrée dans l’atmosphère. Ils finissent donc le plus souvent par se désintégrer dans le ciel.

2019 DN serait pour sa part parfaitement en mesure de résister à son entrée dans notre atmosphère. Et d’après les simulations effectuées durant ces dernières années, un tel corps serait tout à fait en mesure de détruire une ville entière ou même de provoquer de puissants raz de marée.

Mais ça, c’est en supposant que son orbite le place sur notre route, ce qui n’a évidemment pas été le cas ici. En réalité, 2019 DN est passé à bonne distance de la Terre et son orbite l’a amené à environ cinq millions de kilomètres de notre position. Trop loin pour représenter un risque réel, mais suffisamment près pour pouvoir être observé.

Mots-clés astéroïdesterre