La Terre aurait été frappée par une comète il y a 13 000 ans de cela

La Terre est loin d’être seule dans l’espace et il lui arrive même fréquemment d’être touchée par des corps venus de systèmes lointains. Or justement, en analysant des symboles présents sur les colonnes de l’ancien temple de Göbekli Tepe en Turquie, des chercheurs ont découvert que certains d’entre eux faisaient allusion à la chute d’une comète, une chute intervenue il y a environ 13 000 ans de cela.

Le site où ont été découvertes ces étranges inscriptions date en réalité du Mésolithique et donc de l’âge de la pierre, soit une période comprise entre 10 000 et 5 000 ans avant J.-C.

Comète Dryas

Il est situé en Turquie, non loin de la frontière syrienne, et il a été repéré pour la première fois dans les années 60 par une équipe d’archéologues américains dirigés par un certain Peter Benedict.

Göbekli Tepe, un temple ou un observatoire ?

Le truc, c’est que les chercheurs étaient à court de budgets et ils n’ont donc pas eu la possibilité d’effectuer des fouilles approfondies sur place. Il a donc fallu attendre une trentaine d’années pour que la communauté scientifique internationale se penche sérieusement sur le site.

Depuis, de nombreuses études ont eu lieu et elles ont révélé la présence de plusieurs structures mégalithiques sur place. Certaines d’entre elles mesurent plusieurs mètres de haut et pèsent plus de dix tonnes. En parallèle, les archéologues ont aussi découvert des sculptures représentant des animaux et des motifs directement gravés dans la roche.

Klaus Schmidt, le chef du chantier, a passé plusieurs années à examiner chaque roche et il a fini par déduire que la structure était en réalité un temple à culte chamanique, un temple proche de la culture sumérienne et mésopotamienne. Plus tard, dans les années 90, il a également fait une autre découverte de premier ordre. Le temple aurait été enterré délibérément, pour des raisons inconnues.

Martin B. Sweatman et Dimitrios Tsikritsis, des chercheurs travaillant pour l’Université d’Édimbourg, ont passé eux aussi plusieurs années à étudier le temple et les différents symboles gravés sur ses colonnes.

Ils ont alors réalisé que certains motifs semblaient évoquer l’impact d’un ou de plusieurs corps en provenance directe de l’espace. Intrigués, les deux scientifiques ont alors eu l’idée de croiser les données récoltées au sujet du temple avec les différentes simulations mises au point par les astronomes du monde entier.

Une ou plusieurs comètes pourraient être à l’origine du Dryas récent

L’expérience a été un succès et elle a révélé de nombreuses correspondances avec ce que les géologues appellent le Dryas récent.

Ce terme un peu étrange fait en réalité allusion à une période s’étendant sur environ 1300 ans, entre 10 800 et 9 500 av. J.-C. D’après les analyses menées par les géologues, le Dryas récent aurait été marqué par une importante chute de température dans tout l’hémisphère nord.

Durant les dernières décennies, de nombreux scientifiques se sont interrogés sur les causes de cet événement.

Plusieurs théories ont donc fait surface. Certaines d’entre elles impliquent une modification des courants de l’Atlantique, d’autres une diminution de l’activité solaire. Toutefois, une autre théorie fait allusion à la chute d’un corps en provenance de l’espace, un corps doté d’une masse très importante. Ces gravures semblent donc aller dans ce sens.

Martin B. Sweatman va même plus loin. Pour lui, il est effectivement possible de Göbekli Tepe ait été utilisé comme un observatoire afin d’examiner le ciel nocturne, un observatoire dont les immenses piliers servaient à consigner tous les événements marquants observés par les astronomes de l’époque.

L’étude complète peut être consultée à cette adresse.