Clicky

La Terre ralentit la montée des océans en absorbant l’eau provenant de la fonte des glaciers

La NASA a fait une nouvelle découverte et elle remet pas mal de choses en question. D’après les observations menées par l’agence spatiale américaine, la Terre ralentirait la montée des océans en absorbant une partie de l’eau provenant de la fonte des glaciers. En d’autres termes, notre planète lutte elle aussi contre le réchauffement climatique, à sa façon.

N’en déplaise à Donald Trump, le réchauffement climatique est une réalité et il a un impact considérable sur notre planète, sa faune et sa flore. La fonte des glaciers s’est intensifiée au fil de ces dernières années et elle concerne autant les calottes polaires que les montagnes.

Montée des eaux

La Terre nous protège en partie contre la montée des eaux.

Pire, il a aussi un effet sur le pergélisol. Selon le satellite européen Goce, la fonte des glaciers auraient d’ailleurs modifié le champ de gravité de l’Antarctique et il est évidemment très difficile de mesurer l’impact de ces changements sur le long terme.

La Terre a modifié le cycle de l’eau pour faire face aux changements induits par le réchauffement climatique

La question qui se pose, bien sûr, c’est de savoir où passe l’eau provenant de la fonte de nos glaciers.

Jusqu’à présent, les scientifiques pensaient qu’elle se déversait directement dans les océans mais il semblerait que cela ne soit pas complètement le cas. Pas d’après les dernières observations de la NASA en tout cas.

En s’appuyant sur des relevés satellitaires réalisés ces dix dernières années, les chercheurs de l’agence se sont rendus compte que les continents avaient absorbé et emmagasiné pas moins de 3 200 milliards de tonnes d’eau dans leurs sols, certes, mais aussi dans les lacs et dans les roches poreuses souterraines.

La Terre est donc devenue une gigantesque éponge et elle en est venue à modifier son propre cycle pour compenser les problèmes induits par le réchauffement climatique.

A la base, le cycle mondial de l’eau fonctionne sur un système de flux. L’eau s’évapore au dessus des océans sous les rayons du soleil puis elle retombe sous forme de précipitations sur toute la surface du globe et sur les continents. Elle s’écoule ensuite vers l’océan en passant par les rivières et les fleuves avant de s’évaporer de nouveau pour commencer un nouveau cycle.

Rien ne se perd, tout se transforme.

Jusqu’à présent, les scientifiques n’avaient pas pu quantifier le niveau d’absorption des continents. Pour se faire, il aurait effectivement fallu installer des appareils de mesure sur toute la surface du globe. La NASA est parvenue à effectuer ces calculs en s’appuyant sur les données de deux satellites lancés en 2002 et ils vont nous permettre de mieux calculer la hausse du niveau des océans.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.