La Terre va recevoir la visite d’un astéroïde de la taille du Burj Khalifa 

La Terre va recevoir la visite d’un nouvel astéroïde le mois prochain : 2002 AJ129. Immense, il dépasse la taille du Burj Khalifa et il est classé comme « potentiellement dangereux » par la NASA en raison de sa taille, de sa vitesse et de sa trajectoire.

Découvert en 2002 grâce au programme Near-Earth Asteroid Tracking (NEAT) de la NASA, 2002 AJ129 est classé comme un astéroïde Apollo.

Simulateur astéroïdes

Nommés d’après l’astéroïde 1862 Apollo, ces corps ont pour principale particularité de passer à proximité de la Terre en suivant un axe semi-majeur orbital supérieur à celui de notre planète, mais avec un périhélie inférieur à la distance la séparant de son étoile.

La Terre a rendez-vous avec un nouvel astéroïde

D’après les observations effectuées par les astronomes au cours de cette dernière décennie, 2002 AJ129 mesurait entre 0,5 et 1,2 kilomètre de diamètre et il serait donc capable de survivre à une entrée dans l’atmosphère terrestre.

Histoire de mettre ces chiffres en perspective et de rebondir sur le titre de l’article, il faut rappeler que le Burj Khalifa culmine à très exactement huit cent vingt-huit mètres de haut, avec pas moins de 163 étages à la clé.

Compte tenu de sa taille, il serait même potentiellement capable d’occasionner de lourds dégâts à nos infrastructures et de causer la mort de cinq à cent millions de personnes en fonction de la zone de l’impact.

Ce n’est cependant pas sa seule particularité. Extrêmement rapide, le corps se déplace en effet à un peu plus de 107 000 km/h. Pour vous donner un ordre d’idée, le Falcon HTV-2 se déplace à environ 20 000 km/h et il est l’un des avions les plus rapides au monde. Le successeur du Concorde fera moins bien pour sa part et il ne devrait ainsi pas être en mesure de dépasser les 2 335 km/h.

Aucune crainte à avoir

Il n’est cependant pas nécessaire de s’alarmer, car 2002 AJ129 ne devrait pas frapper notre planète le 4 février prochain lors de son passage à proximité de notre monde.

Selon les estimations des astronomes, le corps devrait en effet passer à environ 4,1 millions de kilomètres de notre position et donc à un peu plus de dix fois la distance séparant la Terre de la Lune.

En revanche, la NASA profitera de l’occasion pour observer de nouveau le corps et tenter de récolter un peu plus de données à son sujet. Il en ira de même pour les équipes travaillant pour le télescope radio Goldstone et pour l’observatoire d’Arecibo.