La Théorie du Caméléon pour expliquer comment s’est formé l’Univers

Les scientifiques utilisent généralement la Théorie de la Relativité générale d’Einstein pour expliquer la formation des galaxies, ainsi que d’autres phénomènes de l’univers. Cette conception relativiste de la gravitation décrit l’influence de la présence de matière sur le mouvement des astres.

Toutefois, selon les résultats d’une nouvelle étude, il existe une autre alternative à la Relativité générale.

espace

Crédits Pixabay

Selon une équipe de l’Université de Durham, la « Théorie du Caméléon » pourrait également expliquer la formation des galaxies et la nature de l’énergie noire. Il s’agit d’une sorte d’énergie hypothétique qui expliquerait certains comportements de l’univers, comme l’accélération anormale de son expansion.

L’étude a été publiée dans Nature Astronomy.

Une nouvelle théorie de la gravité

Dans la théorie de la Relativité générale, l’énergie noire est traitée comme une sorte de constance uniforme. Dans la Théorie du Caméléon, elle est plutôt appréhendée en tant que variable changeante.

Les scientifiques ont simulé l’évolution de l’univers selon les variables impliquées par la Théorie du Caméléon ou gravité f(R). Même si les lois de la gravité changent, le modèle a produit des galaxies à disque avec des bras en spirale, comme la Voie lactée.

« La théorie du caméléon permet de modifier les lois de la gravité afin de tester l’effet des changements de la gravité sur la formation des galaxies », a déclaré Christian Arnold, cosmologiste informaticien de Durham, dans un communiqué de presse. « Grâce à nos simulations, nous avons montré pour la première fois que même si vous changez la gravité, cela n’empêcherait pas la formation de galaxies discales à bras spiralés. »

Elle ne remplace pas la Théorie de la Relativité générale

D’après les experts, la Théorie du Caméléon ne peut pas être exclue. Ils ont même l’espoir qu’elle pourrait aider à résoudre certains mystères, comme l’énergie noire. Néanmoins, elle ne remplace pas la Relativité générale.

« Nos recherches ne signifient certainement pas que la relativité générale est erronée, mais elles montrent que ce n’est pas la seule façon d’expliquer le rôle de la gravité dans l’évolution de l’Univers », a expliqué Arnold.

Un nouveau réseau de radiotélescopes très performants, appelé « Square Kilometre Array », devrait être opérationnel dès l’année prochaine. L’équipe espère que ce nouvel instrument permettrait d’apporter des réponses plus satisfaisantes, notamment en ce qui concerne l’énergie noire.