La vie extraterrestre freinée par la profusion de naines brunes ?

L’Université de Hull a fait une découverte capitale. La galaxie dans laquelle nous vivons abriterait bien plus de naines brunes que nous le pensions et c’est un véritable problème pour la vie extraterrestre.

Il existe de nombreuses étoiles à travers l’Univers, mais elles n’ont pas toutes ni la même taille, ni la même masse, ni les mêmes caractéristiques. Afin d’en faciliter la lecture, les astronomes ont donc décidé de les répartir en plusieurs catégories ou en plus types différents.

Gaia

Pour les classer, les chercheurs utilisent principalement deux variables : leur température effective et leur luminosité.

Toutes les étoiles ne se valent pas

Bien sûr, les étoiles ne sont pas des corps immuables. Elles évoluent tout au long de leur vie et il leur arrive ainsi fréquemment de changer de catégorie durant leur existence.

Parmi les étoiles les plus répandues, on trouve notamment les naines rouges. Leur passe est comprise entre 0,08 et 0,8 masse solaire et la température à leur surface oscille entre 2 500 et 5 000 K, ce qui leur confère leur couleur. Ces étoiles sont très abondantes et elles ont une particularité intéressante : elles consomment très lentement leur carburant et elles durent longtemps.

Le Soleil se range dans la catégorie des naines jaunes pour sa part.

Ces étoiles sont un peu plus rares et leur température est d’environ 6 000 K. Elles brillent ainsi d’un jaune vif tirant sur le blanc. Les naines jaunes évoluent beaucoup au long de leur vie et elles finissent ainsi par se transformer en géantes rouges.

Les naines brunes sont des objets assez particuliers pour leur part.

Dotées d’une taille et d’une masse supérieure à celle des grosses planètes, elles ne sont malheureusement pas assez massives pour amorcer des réactions thermonucléaires et se transformer en étoile. Souvent considérées comme des étoiles manquées, elles dégagent également beaucoup moins de chaleur que leurs camarades.

L’étoile a un rôle principal dans son système. Elle occupe en effet la place du chef d’orchestre et c’est donc elle qui donne le ton. La vie a en effet besoin de conditions très strictes pour pouvoir émerger et se développer.

Les naines brunes, des étoiles manquées

Si elle peut parfaitement exister sur des planètes se trouvant dans l’orbite des naines jaunes ou des naines rouges, les naines brunes sont pour leur part trop petites et trop froides pour permettre aux micro-organismes de se développer sereinement.

Les astronomes s’intéressent aux naines brunes depuis plusieurs siècles, mais il a fallu attendre les années 90 pour pouvoir les observer directement et 2013 pour pouvoir estimer leur nombre. La NASA avait ainsi utilisé Spitzer et Hubble pour estimer le nombre de naines brunes présentes dans notre galaxie et elle en avait compté environ 70 milliards.

L’Université de Hull a récemment mené une étude afin de déterminer si ce chiffre était le bon. Pour se faire, les astronomes de l’établissement ont porté leur attention sur un cluster situé à environ cinq mille années-lumière de notre planète et ils l’ont scanné à l’aide des instruments du VLT.

Ils ont alors fait une étonnante découverte: les naines brunes sont beaucoup plus nombreuses que prévu. En extrapolant à partir des données récoltées durant l’opération, les chercheurs ont ainsi estimé le nombre de naines brunes présentes dans notre galaxie à environ 100 milliards. Ce chiffre est impressionnant, d’autant que les astronomes pensent que notre galaxie comprend entre 100 et 400 milliards d’étoiles de tout type.

Bien sûr, pour s’en assurer, ils ont comparé leurs résultats en analysant un second cluster.

En conséquence, si les conclusions de ces chercheurs se vérifient, alors la vie extraterrestre aurait encore moins de chance de se former.

Attention cependant, car l’étude n’a pas encore fait l’objet d’une contre-expertise et elle est donc à prendre avec prudence.

Mots-clés astronomieespace