Clicky

La voiture volante Pégase a traversé la Manche avec succès

La voiture volante Pégase a traversé avec succès la Manche ce mercredi 14 juin, entre la Côte d’Opale et Douvres.

Oeuvre de la société française Vaylon, la Pégase est un buggy équipé d’une voile de parapente de 40 mètres carrés. Partie à 8h15 de l’aérodrome d’Ambleteuse (Pas de Calais), elle est arrivée à Douvres peu après 9h, après environ 50 minutes de vol.

Le concept Pégase, c’est un petit Buggy visant une homologation routière qui se transforme rapidement en Ultra Léger Motorisé (ULM) grâce à une voile de parapente qui se fixe au véhicule.

Un concept innovant pour révolutionner l’aéronautique

Une polyvalence exceptionnelle pour peut-être permettre de démocratiser ce transport hybride.

Équipé de deux moteurs différents et d’une hélice à l’arrière, il peut atteindre 100 kilomètres par heure sur route et 80 dans les airs. Son autonomie routière est estimée à 500 kilomètres, un chiffre qui reste très correct et qui est proche de celui de certaines citadines.

En mode « avion », son autonomie est de 2h30 à 3h de vol en conservant une réserve routière de 100 kilomètres. De quoi survoler près de 250 kilomètres et plus si le vent est favorable. Tout cela a une altitude maximale de 3000 mètres en décollant grâce à une piste d’une centaine de mètres seulement.

Le véhicule a roulé ensuite pour rejoindre Londres où se trouve la société Cartier, partenaire de la traversée. Un bel exemple des capacités de polyvalence de l’engin hybride de 450 kilos. Les conditions météorologiques étaient excellentes et le président de Vaylon, Jérôme Dauffy, précise qu’un vent au-delà de 30 km/h rend les choses compliquées.

Une prouesse avant de nouveaux exploits ?

Depuis 2014, le concept a subi de nombreuses évolutions au cours de son développement, notamment concernant la motorisation et les normes anti-pollution et anti-bruit des véhicules de plus en plus strictes. C’est pourquoi un moteur de scooter consommant peu prend le relais de l’hélice sur le bitume… et les chemins grâce à sa conception dédiée pour le tout-terrain.

À terme, l’entreprise espère vendre 100 à 150 modèles par an, tant pour le domaine civil, pour des particuliers ou des professionnels du tourisme, que pour le domaine militaire. En attendant, l’entreprise a réussi un beau coup de buzz pour étoffer sa campagne de crowdfunding en vue d’une phase d’industrialisation.

Suite à ce succès, la start-up souhaite réaliser de nouveaux exploits, comme un safari au Kenya, un grand prix de France, ou pourquoi pas un tour du monde pour faire découvrir cet étonnant véhicule qui séduira de nombreuses personnes.

Quoi de plus pratique que de rouler, puis de s’envoler à sa guise, pour découvrir des sites peu accessibles et des panoramas sublimes grâce à cet outil original.

Un succès attendu pour ce projet qui rejoint d’autres entreprises travaillant sur ce même but : démocratiser l’accès aux plaisirs du ciel.

Share this post

JB

Infirmier | Passionné par les nouvelles technologies et la photo