La Xbox Scarlett ne misera pas tout sur les graphismes

D’après le chef de la division Xbox de Microsoft, la Xbox Scarlett ne se contentera pas de l’aspect visuel comme argument de séduction des gamers. La firme compte également miser sur l’originalité de la sensation ressentie au moment où l’on joue.

Interviewé par le Weekly Famitsu, Phil Spencer a fourni des informations supplémentaires sur la console Xbox à venir portant le nom de code Project Scarlett. Comme le rapporte Twinfinite.com, le patron de la division Xbox a indiqué que la firme a pour objectif d’augmenter la fidélité visuelle des jeux. Microsoft ne compte toutefois pas en rester là. Elle portera aussi une attention particulière aux sensations ressenties lors d’une session.

Xbox Elite Series 2

Le géant américain estime effectivement que le sentiment de jouer ne correspond parfois pas exactement à ce que l’on voit à l’écran en raison de problèmes de latence. À cela s’ajoute une fréquence d’images pouvant être insuffisante.

Pour procurer aux joueurs une expérience sans précédent, la Xbox Scarlett adoptera ainsi des solutions permettant de franchir ces obstacles.

Une tâche complexe

La tâche s’annonce toutefois difficile. Spencer a déclaré que cette amélioration nécessitera des retouches au niveau du processeur, du stockage, de la mémoire interne et, bien évidemment, du GPU. Bref, Microsoft compte relever un nouveau défi.

Le chef de la division Xbox a profité de l’interview avec Weekly Famitsu pour évoquer d’autres informations à propos de la Xbox Scarlett. Selon lui, Microsoft a conservé l’année 2020 comme fenêtre de lancement de la console. La Xbox One X étant compatible 4K, la société estime qu’il n’est pas nécessaire de présenter un produit de remplacement dans l’immédiat.

Un partenariat avec Sony

Certes, la PlayStation 5 sera l’ennemi à abattre pour la Xbox Scarlett, mais cela n’empêche Sony et Microsoft de s’entraider afin de mieux assurer la croissance de l’industrie du jeu vidéo. Le partenariat entre les deux groupes concernerait différents domaines, dont le jeu sur cloud utilisant Azure.

Phil Spencer n’a pas caché sa joie par rapport à cette collaboration, et ce, bien que les choses soient encore à leurs débuts. Comme les deux sociétés travaillent de manière différente depuis plus de 20 ans, il sera intéressant de voir comment Microsoft s’adapte à sa nouvelle réalité.